Actualisé 04.03.2010 à 17:43

BerneManifestation musulmane contre Kadhafi

Un groupe de citoyens suisses de confession musulmane appelle à manifester samedi à Berne, en réaction à l'appel au Jihad lancé par le chef d'Etat libyen, après le vote sur les minarets. Mais ils ne pourront pas le faire devant l'ambassade.

von
tde/amc
Les organisateurs veulent montrer leur désaccord avec la politique de Mouammar Kadhafi.

Les organisateurs veulent montrer leur désaccord avec la politique de Mouammar Kadhafi.

«Cet appel au Jihad est tout simplement choquant. Nous ne pouvons pas accepter cela et nous refusons de nous laisser instrumentaliser». D'origine marocaine, Abdel Lamhangar vit en Suisse depuis plus de 20 ans. Conseiller communal socialiste à Romont (FR), il est à l'origine de la manifestation prévue samedi. «En tant que musulman, nous nous devions de réagir contre cette manipulation», poursuit-il.

Sous la bannière «Touche pas à mon pays», ces musulmans de Suisse veulent montrer qu'ils en ont assez des provocations libyennes. Ils rejettent donc tout appel au jihad ou au boycott des produits helvétiques. A leurs yeux, la votation sur les minarets est un problème helvétique qui doit se régler par les moyens démocratiques. Les menaces libyennes sont inacceptables.

Musulman et citoyen

La manifestation de samedi (voir encadré) veut aussi montrer que de nombreux musulmans vivant en Suisse ne partagent pas la vision libyenne et se sentent solidaires vis-à-vis de leur pays d'accueil et de l'otage Max Göldi. «Nous vivons ici, avec nos concitoyens, de manière parfois différente mais toujours égale», rappelle Abdel Lamhangar, qui espère réunir jusqu'à 500 participants samedi.

Porte-parole de l'association Islamischer Zentralrat, Quaasim Illi salue le fait que des Musulmans vivant en Suisse s'organisent et fassent entendre leur différence face à la Libye. La manifestation risque cependant de nuire à Max Göldi selon lui. «Elle pourrait irriter Kadhafi et fragiliser la situation du prisonnier suisse», explique-t-il.

De son côté, la police bernoise n'autorise pas les manifestants à se rendre devant l'ambassade libyenne. «L'interdiction serait la même pour une autre ambassade, comme celle d'Autriche, par exemple», souligne Jean-Claude Hess, de la police bernoise.

Samedi 6 mars, de 14h à 16, Helvetiaplatz, Berne. Informations supplémentaires: www.touchepasamonpays.ch

Samedi 6 mars, de 14h à 16, Helvetiaplatz, Berne. Informations supplémentaires: www.touchepasamonpays.ch

Samedi 6 mars, de 14h à 16, Helvetiaplatz, Berne. Informations supplémentaires: www.touchepasamonpays.ch

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!