Appels sur Facebook: Manifestations au Qatar le 16 mars, en Arabie le 11
Actualisé

Appels sur FacebookManifestations au Qatar le 16 mars, en Arabie le 11

Les mutations dans le monde arabe pourraient toucher le Qatar et l'Arabie Saoudite. En effet les appels à manifester sur Facebook se multiplient.

Un appel à l'éviction de l'émir de Qatar Hamad ben Khalifa al-Thani, lancé sur une page Facebook, avait rassemblé samedi plus de 20.000 sympathisants, une nouvelle initiative pour un changement de régime dans le monde arabe.

Dans le même temps, une page Facebook appelant à une manifestation en Arabie saoudite avait réuni plus de 9.000 «fans».

La page critiquant l'émir du Qatar appelle les Qataris à descendre dans la rue le 16 mars pour une journée consacrée à la «Révolution pour la Liberté.

L'émir Hamad, considéré par l'Occident comme un souverain modéré, est accusé sur cette page d'être un agent d'Israël, une mention de l'Etat hébreu largement absente des appels contre d'autres chefs d'Etat arabes ciblés récemment par la colère de leurs peuples.

Premier appel de ce genre

Il s'agit du premier appel de ce genre pour un changement de régime dans le petit émirat riche en pétrole et en gaz, et qui a développé une image de tolérance parmi des Etats de la région plus conservateurs.

Un portrait de l'émir apparaît sur la page Facebook barré d'une croix rouge, avec un appel: «Pour le bien du Qatar: il faut juger le traître, un agent d'Israël».

Aucune indication n'était disponible sur le nombre de résidents du Qatar parmi les 20.065 qui ont signé cet appel au changement. L'émirat compte une population de 1,6 million d'habitants, dont les trois quarts sont étrangers.

L'épouse de l'émir dans la ligne de mire

Parmi les revendications des signataires figure l'éviction de la vie publique de l'épouse de l'émir, cheikha Mozah, connue pour son rôle dans le domaine de l'enseignement public et de la promotion des droits des femmes.

La page exige également la rupture des relations avec les Etats-Unis qui maintiennent une importante base militaire dans l'émirat, et la fin des rapports informels avec l'Etat hébreu.

Le bureau de coopération commercial ouvert par Israël a été fermé après l'offensive israélienne contre la bande de Gaza à la fin de l'année 2008, qui a fait plus de 1.400 morts palestiniens.

Sur la page Facebook consacrée à l'Arabie saoudite, où le régime du roi Abdallah est beaucoup plus conservateur, et qui est apparue au début du mois de février, 9.400 personnes ont approuvé des demandes de changements politiques, économiques et sociaux. (afp)

Appels sur Facebook à «la révolution contre Bachar al-Assad»

Une page Facebook intitulée «la révolution syrienne contre Bachar al-Assad 2011» qui comptait samedi soir plus de 25.000 fans appelle à des manifestations «dans toutes les villes syriennes» à une date «qui sera déterminée dans quelques jours».

Sur cette page, sur laquelle figure un drapeau syrien portant l'inscription «soulèvement du 15/3», les organisateurs précisent que la date de l'évènement est actuellement «examinée avec prudence» et «sera précisée dans quelques jours».

Ils appellent à des manifestations «pacifiques dans toutes les villes syriennes, au Canada, au Etats-Unis, en Grande-Bretagne, en France, en Allemagne et en Australie» pour demander la chute du régime du président Assad.

Ils assurent qu'ils n'appartiennent à aucun parti politique, qu'ils ne sont «que des défenseurs des droits de l'Homme, des militants syriens à l'intérieur de Syrie et en Europe».

D'autres pages similaires sont également apparues sur Facebook, notamment pour soutenir Tal al-Mallouhi, jeune blogueuse syrienne condamnée le 14 février à cinq ans de prison par la Haute cour de Sûreté de l'Etat à Damas pour intelligence avec un pays étranger.

Un autre groupe, non identifié, avait appelé également sur Facebook à «une journée de colère» le 4 février dans toutes les villes syriennes contre la «monocratie, la corruption et la tyrannie».

L'appel de ce groupe Facebook, qui avait réuni des milliers de membres sur ce site, à manifester sous le slogan de «la Révolution syrienne 2011», n'avait cependant pas été suivi.

Ton opinion