Manifestations aux Etats-Unis pour le 4e anniversaire de la guerre
Actualisé

Manifestations aux Etats-Unis pour le 4e anniversaire de la guerre

Washington/Bagdad - Les manifestations pour ou contre la guerre en Irak battent leur plein jusqu'à lundi aux Etats-Unis, au 4e anniversaire de l'invasion du pays.

Une centaine de pacifistes ont été arrêtés vendredi à Washington, devant la Maison Blanche.

Les antiguerre sont mobilisés à l'appel de l'organisation Answer qui attend des «dizaines de milliers» de personnes venant de tout le pays. Des manifestations ont également été organisées à San Francisco et Los Angeles. A Washington, une «marche sur le Pentagone» a démarré à 12 h 30 (17 h 30 suisse), en écho à celle d'octobre 1967 contre la guerre du Vietnam.

Au même moment, environ un millier de partisans de la guerre en Irak se sont rassemblés samedi à Washington, face à plusieurs centaines de pacifistes.

En réaction à la manifestation pacifiste, les pro-guerre, anciens combattants de la guerre du Vietnam et leurs familles, vêtus de cuir noir, ont envahi l'esplanade entourant le monument de la guerre du Vietnam, à l'appel de «Gathering of Eagles». Les pacifistes étaient eux rassemblés une centaine de mètres plus loin.

Scandant «USA», ils ont déchiré, piétiné et craché sur les pancartes des pacifistes appelant à la fin de la guerre. «Les gauchistes encouragent l'ennemi», pouvaient-on lire sur une pancarte.

Centaine de pacifistes arrêtés

La veille, une centaine de manifestants pacifistes ont été arrêtés devant la Maison Blanche. Ces militants, qui répondaient à l'appel de l'organisation religieuse Christian Peace Witness for Iraq, ont été interpellé peu avant minuit, après avoir récité des «prières pour la paix».

Parmi eux figuraient des membres du clergé, dont Jim Wallas qui a souhaité qu'il n'y ait «plus de guerre au nom de Jésus».

Avant de se retrouver devant la présidence américaine, les manifestants - entre 3500 et 4000 personnes selon l'un des organisateurs - avaient participé à une prière en la cathédrale nationale. Plus de 3200 soldats américains et 600 000 civils irakiens sont morts en quatre ans. Il est temps de dire que cela suffit», a déclaré le pasteur Lennox Yearwood.

Howard en visite suprise

Pendant ce temps, un sergent américain accusé d'avoir ordonné le meurtre de trois prisonniers irakiens pendant un raid en mai 2006 a été reconnu coupable d'homicide involontaire par une cour martiale. Il risque une peine d'emprisonnement maximum de 21 ans.

Le premier ministre australien John Howard était samedi en visite surprise à Bagdad. Il a rencontré des soldats australiens et assuré son homologue irakien Nouri al-Maliki que l'Australie resterait en Irak jusqu'à ce que les Irakiens soient capables d'assumer leur propre sécurité.

Attentats au chlore

Dans la province sunnite d'al-Anbar, trois attentats suicide au chlore ont fait deux morts vendredi, des policiers irakiens. La télévision irakienne a fait, elle, état de six morts. Trois camions conduits par des kamikazes transportant des bombes au chlore ont explosé près de Falloujah et de Ramadi. Quelque 350 personnes ont été intoxiquées dans ces attaques.

Samedi, un soldat américain a été tué par balles lors d'opérations dans la ville irakienne de Baaqouba, au nord de Bagdad, a annoncé l'armée américaine.

(ats)

Ton opinion