Grèce: Manifestations importantes contre l'austérité

Actualisé

GrèceManifestations importantes contre l'austérité

Des dizaines de milliers de personnes ont défilé mardi à Athènes et Salonique. Les manifestants s'opposent au projet pluri-annuel de rigueur qui doit être voté pour éviter le défaut.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans le calme mardi à Athènes et Salonique dans le cadre d'une grève générale de 48 heures pour protester contre un projet pluri-annuel de rigueur. Celui-ci doit être voté mercredi pour éviter le défaut de paiement du pays.

Derrière la banderole «les humains devant tout le reste, pas de chiffres et pas de mesures», 40'000 personnes ont défilé à Athènes, selon la police, dont 25'000 à l'appel des deux principaux syndicats GSEE et Adedy et 15'000 à l'appel du syndicat communiste Pame. A Salonique, la deuxième ville du pays dans le nord, très touché par le chômage, le cortège a rassemblé 20'000 personnes.

En raison de l'appel à la grève générale, la capitale grecque était quasiment déserte, aucun transport en commun ni taxi ne circulait. La plupart des services publics étaient fermés, à l'exception de quelques écoles. La grève touche aussi la justice, juges et avocats, ainsi que les hôpitaux et le transport aérien et maritime.

Procédure d'urgence

Les défilés ont afflué sur la place Syntagma, devant le Parlement, où est discuté un projet de loi prévoyant des économies budgétaires de plus de 18 milliards d'euros (environ 22 milliards de francs) d'ici 2016. Cette loi doit être votée en procédure d'urgence mercredi soir, alors qu'une nouvelle manifestation est prévue à l'appel des syndicats.

En un seul article, le texte égrène une multitude de mesures qui réduisent salaires dans la fonction publique et pensions, repoussent de deux ans l'âge de départ en retraite (de 65 à 67 ans), amorcent la réorganisation de la fonction publique et libéralisent le marché du travail et des services.

Les bailleurs de fonds internationaux, UE et FMI, ont fait de l'adoption de ces mesures, ainsi que de celle du budget d'Etat de 2013, qui doit être voté dimanche, une condition sine qua non pour débloquer la prochaine tranche d'aide (31,2 milliards d'euros) des prêts consentis à la Grèce.

Une réunion des ministres des Finances de la zone euro est prévue le 12 novembre pour essayer de parvenir à une décision.

Syriza dénonce un «coup d'Etat»

Le ministre des Finances Yannis Stournaras a justifié le choix de la procédure d'urgence pour l'adoption de cette loi-cadre, en affirmant que la Grèce a besoin «du versement imminent de la tranche (du prêt) afin d'éviter une faillite désordonnée».

Répondant devant le Parlement aux accusations du député de la gauche radicale Syriza, Panayiotis Lafazanis, qui a qualifié «de coup d'Etat» et «d'anticonstitutionnelle» la procédure adoptée, M. Stournaras a estimé qu'il n'y avait «pas de violation de la procédure parlementaire».

Le président de l'UE Herman Van Rompuy a lancé mardi un appel à la Grèce pour qu'elle parvienne à un accord avec la troïka (UE, FMI et BCE) permettant le versement de cette nouvelle tranche de prêt. «Je suis assez convaincu que ce sera fait dans les temps», a-t-il déclaré.

«Pas d'autre option»

Du côté de l'Eurogroupe, son chef de file Jean-Claude Juncker, s'est dit mardi «très optimiste» sur le fait qu'Athènes serait à même de mener la cure de rigueur nécessaire en dépit de la grève. «Nos amis grecs n'ont pas d'autre option (...) ils doivent le faire», a-t-il dit.

Le sort de la Grèce et la crise au sein de la zone euro ont également été discutés lors de la récente réunion des ministres des Finances et des banquiers centraux du G20 au Mexique. Mais cette réunion s'est traduite par des déclarations contradictoires.

Selon le Commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires Olli Rehn, la zone euro est «sur la bonne voie pour être en mesure de prendre une décision le 12 novembre». Mais un responsable européen avait auparavant affirmé que cette réunion ne serait qu'un «point d'étape» sans «décision formelle».

(ats/afp)

Ton opinion