Syrie: Manifestations sanglantes et afflux de réfugiés
Actualisé

SyrieManifestations sanglantes et afflux de réfugiés

421 nouveaux réfugiés ont traversé la frontière ces dernières vingt-quatre heures, accueillis dans les villages de tentes établis par le Croissant-Rouge turc à la frontière dans la province d'Hatay.

L'armée appuyée par des chars a étendu samedi ses opérations dans le nord-ouest syrien, proche de la Turquie, avec l'objectif d'étouffer toute contestation du régime. Entretemps, les Syriens enterraient leurs morts au lendemain de la répression par le régime du président Bachar al-Assad d'imposantes manifestations à travers le pays durant lesquelles 19 civils ont péri selon des militants des droits de l'Homme.

Au total, ce sont plus de 10'000 Syriens qui ont fui la répression dans leur pays pour s'établir à la frontière entre les deux pays, a rapporté samedi l'agence de presse turque Anatolie. Il s'agit principalement de femmes et d'enfants.

Les autorités turques, qui empêchent tout accès aux réfugiés dans ces villages de tentes, disent que les réfugiés bénéficient de trois repas par jour, et d'eau chaude 24 heures sur 24. Vendredi le nombre de Syriens en Turquie était de 9700, selon une source officielle turque.

L'actrice américaine Angelina Jolie, ambassadrice de bonne volonté du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a visité vendredi la zone. Le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a fait savoir que son pays ne fermerait pas ses portes aux réfugiés syriens.

(ats/afp)

Londres demande à ses ressortissants de quitter la Syrie

La Grande-Bretagne a averti que son ambassade à Damas pourrait ne pas être en mesure d'organiser leur évacuation si la situation se dégradait.

«Les ressortissants britanniques devraient partir immédiatement par des vols commerciaux tant qu'ils fonctionnent encore normalement», estiment les Affaires étrangères dans un communiqué à Londres.

Les Etats-Unis et l'Union européenne poursuivent leurs efforts pour tenter d'accroître la pression sur le président syrien, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton jugeant inéluctable le changement en Syrie malgré la «brutalité» du pouvoir.

Ton opinion