Commerce: Manor veut biffer jusqu'à 200 emplois à Bâle
Actualisé

CommerceManor veut biffer jusqu'à 200 emplois à Bâle

La chaîne de grands magasins entend ainsi s'adapter aux changements constatés sur le marché.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

Keystone

Manor procède à une restructuration d'ampleur. La chaîne de grands magasins, touchée de plein fouet par la mutation du secteur du commerce de détail, va supprimer jusqu'à 200 des quelque 1000 emplois que compte son siège à Bâle.

Le groupe fait face depuis plusieurs années à des changements profonds de son environnement et à un marché de plus en plus exigeant, justifie-t-il jeudi dans un communiqué. L'entreprise invoque l'émergence du numérique, la force du franc et le tourisme d'achat. Ces phénomènes ont entraîné une «baisse significative» de la rentabilité de Manor ces dernières années.

Fluctuations naturelles

«Afin de renforcer sa compétitivité sur le long terme et pour retrouver davantage d'agilité et de performance, Manor amorce aujourd'hui un important plan de transformation regroupant toutes les fonctions de l'entreprise», explique le nouveau directeur général Stéphane Maquaire, en fonction depuis le début de l'année.

La moitié des postes seront supprimés par des externalisations (outsourcing) et en ne remplaçant pas des postes déjà vacants. «Manor veillera à réduire les licenciements au strict nécessaire et à éviter les cas de rigueur en absorbant, dans la mesure du possible, ces suppressions de postes par des fluctuations naturelles», affirme l'Alsacien d'origine.

Réseau de magasins maintenu

Un plan social approuvé par la commission du personnel a été mis en place. En cas de licenciements, un «job center» va accompagner les employés touchés dans la recherche d'un nouvel emploi. Une indemnité de départ sera versée aux salariés qui n'auront pas trouvé un nouvel emploi et qui ne pourront pas bénéficier d'une préretraite.

La restructuration devrait s'échelonner sur environ deux ans. La transformation annoncée ne devrait toutefois pas se traduire par des changements conséquents du réseau de grands magasins, de supermarchés et de centrales de distribution.

Risque de fermeture à Soleure

Reste que l'entreprise, contrôlée par la holding genevoise Maus Frères, entend réaliser à l'avenir une «évaluation régulière» de ses différents emplacements. Le seul changement prévu concerne pour l'heure le supermarché Manor Food de Soleure, dont le bail échoit à fin juin 2018.

Le site devrait fermer ses portes en avril prochain, ce qui pourrait entraîner la suppression d'une quarantaine de postes, si aucune alternative n'est trouvée durant le processus de consultation en cours. Manor avait déjà fermé fin janvier son supermarché de Viganello (TI), un quartier de Lugano.

Craintes de Syna

Les mesures annoncées conduiront inévitablement à de nouvelles réductions de personnel, estime Syna. D'autres sites plus petits et les centrales de distribution risquent à leur tour d'être touchés, craint le syndicat dans un communiqué.

Syna se dit prêt à mener un dialogue actif avec l'entreprise et veut s'engager pour la garantie des sites et des emplois à long terme. Le syndicat réclame une retraite anticipée pour les employés âgés qui n'auraient pas trouvé un nouveau poste.

Plan de croissance

Un plan de croissance doit succéder dans deux ans à la restructuration annoncée. La chaîne entend reprendre son expansion et développer son réseau de points de vente, procéder à une refonte de ses propres marques et accélérer sa numérisation.

Manor emploie près de 10'200 collaborateurs. Le groupe détient 63 grands magasins, 32 supermarchés et 45 restaurants, selon son site internet. La chaîne avait réalisé en 2015 un chiffre d'affaires de 2,64 milliards de francs, en repli de 2,9%. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion