Suisse – Manque de psys pour aider les jeunes en détresse après le coronavirus
Publié

SuisseManque de psys pour aider les jeunes en détresse après le coronavirus

Les organisations unies de pédiatrie et de médecine de l’adolescence constatent que le nombre de problèmes psychiques chez les enfants et les jeunes a augmenté mais que les délais d’attente sont trop longs.

Image d’illustration.

Image d’illustration.

AFP

Au cours de ces deux dernières années, la pandémie de coronavirus et les mesures de lutte ont laissé des traces sur la santé mentale des enfants et des jeunes en Suisse. «Nous devons constater que le nombre de problèmes psychiques et le nombre de tentatives de suicide ont augmenté de manière drastique», soulignent les organisations unies de pédiatrie et de médecine de l’adolescence.

Dans une lettre adressée à Alain Berset, ministre de la Santé, et à Lukas Engelberger, président des directeurs cantonaux de la santé, elles tirent aujourd’hui la sonnette d’alarme – notamment sur le fait que les délais d’attente pour les examens et les traitements ont pris une ampleur qui n’est plus acceptable, explique le «SonntagsBlick». Pour les signataires, il est urgent que la Confédération et les cantons prennent des mesures immédiates et débloquent des fonds pour remédier à cette situation.

Et si des parlementaires ont déjà commencé à mettre le gouvernement face à ses responsabilités, «Le Conseil fédéral, l’Office fédéral de la santé publique et les cantons réagissent tout simplement trop timidement. Cela doit changer, la situation s’aggrave», souligne la conseillère nationale socialiste de Soleure, Franziska Roth. Elle est aussi d’avis que la Confédération doit garantir davantage de places pour les jeunes avec des troubles psychiques. «En tant que société, nous devons également aider nos plus jeunes», conclut-elle.

Pensées suicidaires? Faites-vous aider.

(aze)

Ton opinion