Genève: Manque sévère de places pour les requérants d’asile

Publié

GenèveManque sévère de places pour les requérants d’asile

Les lieux d'hébergement devraient saturer à très court terme. Le Canton va augmenter le nombre d'occupants dans certaines chambres et envisage d’ouvrir des abris PC.

Photo d’illustration

Photo d’illustration

Laurent Guiraud/ Tamedia

Fin novembre, Genève n’aura que 54 places disponibles pour héberger des requérants d’asile, alors qu’une soixantaine d’entre eux arrivent chaque semaine au bout du lac. Si l’afflux d’Ukrainiens a fortement diminué, de nombreux autres réfugiés, notamment afghans, gagnent la Suisse; et depuis le 25 octobre passé, le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) les envoie directement dans les centres cantonaux, les structures fédérales étant débordées. Dans la «Tribune de Genève», le conseiller d’Etat chargé de la Cohésion sociale, Thierry Apothéloz, dit son inquiétude et souhaite n’exclure aucune solution pour trouver de nouveaux lits.

En collaboration avec l’Hospice général, qui gère l’asile à Genève, l’Etat va augmenter le nombre de personnes dans certaines chambres des lieux d’accueil. En dernier recours, il envisage aussi d’ouvrir des abris PC. De nouveaux centres pourraient être créés, dont des villages de conteneurs, mais seulement à moyen terme. Thierry Apothéloz imagine également «libérer des centres sportifs pour en faire des lieux d’hébergement». Selon le magistrat, de futurs plans d’aménagement de structures pourrait inclure l’aide des communes. «Nous payons encore le démantèlement des centres exigé en 2006 par le conseiller fédéral Christoph Blocher (UDC).  Cela était supposé éviter les appels d’air.» Pour soulager Genève, le SEM a accepté de suspendre l’attribution de requérants au canton durant toute la semaine prochaine. 

(dra)

Ton opinion