France: Manzanares illumine la corrida des férias de Dax
Actualisé

FranceManzanares illumine la corrida des férias de Dax

Les faenas inspirées du torero espagnol, qui triomphe en coupant trois oreilles, ont sous un ciel changeant illuminé des arènes pleines, vendredi lors de la deuxième corrida de la féria de Dax.

José María Manzanares a été le grand triomphateur de cette excellente corrida.

José María Manzanares a été le grand triomphateur de cette excellente corrida.

José María Manzanares a été le grand triomphateur de cette excellente corrida, réalisant deux faenas dominatrices, esthétiques et intenses. En ménageant bien les pauses, il a toréé avec intelligence son premier, qu'il embarquait dans quelques séries en boucle d'une grande plasticité. Après une estocade entière dans le haut, il a obtenu un premier trophée.

Son second a été un taureau de caractère, bousculant le groupe équestre et chargeant avec fougue. Le torero d'Alicante (Espagne) a su le tempérer, le conduire et le dominer dans une nouvelle démonstration de classe, terminée par de superbes enchaînements. Il a attendu la charge du taureau pour porter une formidable estocade «a recibir» et promena les deux oreilles du brave pensionnaire de Domingo Hernández.

Dépouille honorée d'un tour de piste

Avant lui, le grand artiste sévillan Morante de la Puebla a eu des séquences lumineuses devant ses deux taureaux, que ce soient les véroniques d'accueil du premier qui furent d'une infinie lenteur, ou la splendide ouverture avec la muleta à ce même premier. Ou encore la faena du quatrième taureau regorgeant de détails artistiques, d'improvisations géniales et d'interprétation du meilleur torero classique.

Il a eu en partage les deux fauves de moindre jeu mais a enchanté les aficionados par la grâce de ses gestes, perdant les trophées lors de mises à mort défectueuses. À l'issue de chaque combat, il a salué sous l'ovation, écoutant deux avis au quatrième.

Âgé de vingt-deux ans, le jeune torero arlésien Juan Leal avait à faire à forte partie en présence de ces deux maestros. Il s'est montré digne des espoirs placés en lui en affrontant avec beaucoup de courage en troisième position un taureau très brave de 495 kg, appelé «Centenero», et qui a renversé le picador au premier assaut, n'a cessé de charger avec bravoure et dont la dépouille a été honorée d'un tour de piste.

Faena courageuse

Juan Leal lui a proposé une faena courageuse, un peu approximative et brouillonne, et mais il a obtenu l'oreille grâce à un excellent coup d'épée. Il a toréé avec plus de repos et de calme le sixième, obtenant des séries menées avec quiétude et autorité, et a pu promener un autre trophée, synonyme de sortie en triomphe, après une mise à mort sans faille.

L'élevage de Domingo Hernández, provenant de Salamanque et d'origine Domecq, a opposé des taureaux braves sous le fer et donnant un excellent jeu. Le représentant de l'élevage (mayoral) a d'ailleurs été porté en triomphe à la fin du spectacle. (afp)

Ton opinion