Actualisé 15.05.2011 à 15:14

GP de France

Marc Marquez triomphe au Mans

Thomas Lüthi a terminé 5e. Au championnat du monde, Bradl conserve le leadership.

Le vainqueur espagnol Marc Marquez a fait gicler le champagne sur le podium.

Le vainqueur espagnol Marc Marquez a fait gicler le champagne sur le podium.

Course mouvementée pour Thomas Lüthi, 5e du Grand Prix de France au Mans sur sa Suter après avoir mené la course durant cinq tours. Le Bernois, qui a disputé toute la course sans... frein arrière, n'a pas pu résister au retour de l'Espagnol Marc Marquez (Suter lui aussi), vainqueur relancé dans la lutte pour le titre.

Au championnat du monde, l'Allemand Stefan Bradl, 3e sur sa Kalex derrière le Japonais Yuki Takahashi (Moriwaki), possède 28 points d'avance sur l'Espagnol Julian Simon (4e/Suter) et 30 sur Lüthi, 5e du classement provisoire. Prochain Grand Prix, le 5 juin en Catalogne.

«J'ai vu durant le tour de formation que j'avais un problème avec le frein arrière, a expliqué Lüthi. C'est un sentiment de merde d'aborder à fond le premier virage sans savoir si l'on va pouvoir freiner...»

La course de Lüthi a connu trois temps distincts. La première moitié a été celle de la difficile chasse au leader du championnat du monde Bradl, qui pensait pouvoir s'échapper seul devant. Le deuxième temps a été celui de l'attaque victorieuse pour la première place, à 11 tours de l'arrivée, puis le forcing durant 5 boucles, pour chercher un victoire qui le fuit depuis 2006 (au Mans). Le troisième a été celui des difficultés et a vu le Bernois, impuissant, se faire doubler successivement par Marquez, Takahashi, Bradl et Simon.

«J'ai dû changer ma stratégie, détaille-t-il encore. J'ai essayé de rouler normalement, même si je ne pouvais pas freiner aussi bien que les autres.» Sur un circuit comme celui du Mans, peut-être celui avec les freinages les plus violents, le handicap est de taille. «J'ai tenté de partir seul car je savais que je ne tiendrai pas tête aux autres sur la fin. Je n'y suis malheureusement pas parvenu.»

Marquez, champion du monde 125 cm3 et parmi les favoris de la catégorie cette saison, a lui bien redressé le tir, après deux abandons et une 21e place.

Les deux autres Suisses sont à créditer d'une course solide. Dominique Aegerter (Suter) a terminé 8e au prix d'un rush dans les ultimes boucles tandis que Randy Krummenacher (Kalex) a été régulier pour finir 12e.

Le miracle Rossi

Valentino Rossi est capable de miracles, malgré une moto nettement moins performante que les meilleurs. L'Italien n'a en effet attendu que quatre courses pour fêter son premier podium en MotoGP pour Ducati, terminant troisième juste derrière son compatriote Andrea Dovizioso et l'intouchable Casey Stoner (Honda tous deux), vainqueur seul au monde de sa 2e course cette saison après le Qatar. Le «Docteur» a notamment profité de la pénalité infligée à Marco Simoncelli (Honda) pour sa manoeuvre coupable qui a causé la chute de Daniel Pedrosa (clavicule fracturée).

Quatrième d'une épreuve terminée en roue libre, le champion du monde en titre Jorge Lorenzo (Yamaha) conserve la tête du classement général, mais n'a plus que 12 points d'avance sur Stoner. Rossi est 5e avec un retard de 31 unités.

Un futur grand est né

Le circuit sarthois a certainement vécu la naissance d'un futur grand en la personne de Maverick Viñales, 16 ans à peine et vainqueur de sa première course 125 cm3 au nez et à la barbe de Nicolas Terol. Le phénomène catalan, champion d'Europe et d'Espagne 2010, pour son quatrième Grand Prix seulement, a fait preuve d'une maturité incroyable pour donner à son Aprilia quelques centimètres d'avance sur celle de Terol, dépassé dans l'avant-dernier virage. Terol, vainqueur des trois premières courses de l'année, a ainsi manqué de peu le record de quatre succès consécutifs en ouverture de saison, toujours détenu par l'Italien Fausto Gresini depuis 1987.

«J'aimerais prendre un bon départ et accrocher le bon groupe, mais j'espère que mon poignet tiendra le coup», expliquait Giulian Pedone sur la grille. Le Neuchâtelois, 28e des qualifications, n'a pas réussi son pari puisqu'il s'est longtemps retrouvé englué entre les rangs 31 et 28. Percuté vendredi lors des essais, le pilote Aprilia a toutefois su surmonter sa douleur pour bien terminer sa course et remonter plusieurs concurrents, jusqu'à la 23e place finale. (si)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!