Actualisé 06.04.2020 à 12:16

Vaud

Mariage 2.0: un homme, une femme et un coup fin

La pandémie a mis en veilleuse les cérémonies de mariage. Très déçu de ce report, un couple de Prilly a tenu à se dire oui virtuellement, devant une quinzaine de personnes connectées.

de
Abdoulaye Penda Ndiaye
Alexia et Valter ont eu droit à une répétition générale le  samedi 4 avril en attendant leur mariage officiel qui sera célébré quand la pandémie aura été vaincue.

Alexia et Valter ont eu droit à une répétition générale le samedi 4 avril en attendant leur mariage officiel qui sera célébré quand la pandémie aura été vaincue.

Comme beaucoup de couples, Alexia (30 ans) et Valter (35 ans) ont mal vécu l'annonce du report de leur mariage à cause de la pandémie. Mais rapidement, la détermination a pris l'ascendant sur la déception. «On ne voulait pas se laisser plomber le moral par un virus. Nous avons alors tenu à organiser un mariage 2.0 à l'heure et à la date initialement prévues», sourit Alexia.

Samedi à 14h45, de leur appartement à Prilly (VD), l'assistante RH et le projeteur en installations sanitaires ont utilisé leurs téléphones pour permettre à l'officier d'état civil, aux témoins et à la dizaine d'invités de participer à l'événement. Lors de ce qui est probablement le premier mariage virtuel du canton, voire du pays, les rôles semblent avoir été bien tenus.

Beaux-parents à l'étranger en live

Certificat de mariage et bagues faisaient évidemment partie du cérémonial. «C'est la première union que j'ai scellée. Tout s'est très bien déroulé. C'était très sympa», a constaté Nicolas, un habitant de Grancy (VD) et pote d'Alexia, qui a bien rempli sa fonction de maître de cérémonie. Témoin de la mariée, Cécilia n'était pas en reste. «Dans mon discours improvisé, j'ai fait part de mon plaisir d'avoir l'occasion de m'habiller de façon élégante et de mettre du rouge à lèvres après plus de trois semaines à la maison», a-t-elle expliqué avec amusement.

Du Portugal, les parents de Valter ont aussi joué le jeu. «Si le mariage avait eu lieu comme prévu, ils n'auraient pas pu venir à cause du coronavirus», relève le trentenaire. Au terme d'une cérémonie de 30 minutes, tout ce beau monde a trinqué. «Il fallait bien faire péter le champagne. Après, de mon balcon, j'ai lancé mon bouquet de fleurs», décrit Alexia.

En attendant l'après coronavirus et la vraie célébration, le couple savoure le mariage 2.0 festif, léger et si peu coûteux qu'il vient de s'offrir.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!