Paris: Mariage gay: manif sous tension à Paris
Actualisé

ParisMariage gay: manif sous tension à Paris

Des dizaines de milliers d'opposants au mariage homosexuel, tout juste légalisé en France, ont de nouveau défilé dans les rues de Paris dimanche pour un baroud d'honneur à trois jours de la célébration de la première union en mairie d'un couple gay.

Alors que la manifestation s'était déroulée globalement dans le calme, la tension est montée en début de soirée dans le quartier des Invalides, quelque 200 à 300 fauteurs de troubles lançant des projectiles, barres de fer et fumigènes, contre les forces de l'ordre et les journalistes. Légèrement blessé, un photographe de l'AFP a été soigné sur place.

Les autorités avaient mis en garde cette semaine les organisateurs de «La Manif pour tous» contre les risques de débordements et de provocations par des groupes extrémistes de droite. 4.500 policiers et gendarmes avaient été mobilisés.

Une nouvelle fois, la question de la participation a fait polémique, la police ayant comptabilisé 150.000 personnes quand les organisateurs en revendiquaient plus d'un million. 2.800 personnes avaient par ailleurs répondu à l'appel de l'Institut Civitas, proche des catholiques intégristes, qui défilaient à part.

Désaccord sur la participation

Derrière cette querelle de chiffres, la mobilisation a, semble-t-il, diminué avec le vote définitif le 23 avril de la loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe. La dernière grande manifestation nationale, le 24 mars à Paris, avait réuni, selon le collectif «La Manif pour tous», 1,4 million de personnes, 300.000, selon la police.

Promis par François Hollande pendant sa campagne présidentielle, défendu par l'ensemble de la gauche, le «mariage pour tous» a suscité pendant des mois une forte opposition en France, au Parlement et dans la rue.

«Dernière fête des mères avant liquidation!», «ce n'est pas fini, à peine on commence» : dans le quartier latin, des touristes regardaient le cortège un peu interloqués. Pilar, une Espagnole expliquait «savoir qu'une portion de la société française est conservatrice. Mais, à ce point là, ce n'est pas l'image que l'on a de la France».

96 personnes interpellées

Malgré un imposant dispositif de sécurité, une dizaine de militants du groupuscule Génération identitaire sont parvenus à escalader une terrasse du siège du Parti socialiste, déployant une banderole sur laquelle on pouvait lire «Hollande démission». Interpellés, ils sont repartis en fourgonnette policière.

Au total, 96 personnes ont été interpellées dans la journée et 39 placées en garde-à-vue, selon un bilan du ministère de l'Intérieur établi avant les incidents du début de soirée.

La figure de proue de la contestation, Frigide Barjot, avait renoncé à manifester «compte tenu du climat de violence». « La Manif pour tous a fait son temps», a estimé en fin de journée l'égérie du mouvement qui, selon elle, a été «récupéré».

Engagement politique

Apportant leur soutien aux «anti», plusieurs élus de l'Union pour un mouvement populaire (UMP), principal parti d'opposition de droite, et du Front national (extrême droite) avaient pris part au défilé.

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, en a profité pour appeler les opposants au mariage gay à «transformer leur engagement sociétal en engagement politique», estimant que «le prochain rendez-vous serait dans les urnes», pour les élections municipales de 2014.

La loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples homosexuels, première réforme sociétale du quinquennat de François Hollande, a été promulguée le 18 mai, faisant de la France le 14e pays au monde à reconnaître le mariage gay.

Hasard de l'histoire, dimanche soir, le jury du Festival de Cannes décernait sa Palme d'Or au film «La vie d'Adèle» du Franco-Tunisien Abdellatif Kechiche, récompensant pour la première fois une oeuvre parlant ouvertement d'homosexualité. (afp)

Ton opinion