Etats-Unis: Mariage Gay: West Hollywood explose de joie
Actualisé

Etats-UnisMariage Gay: West Hollywood explose de joie

Mercredi, la Cour Suprême a rétabli le mariage gay en Californie, cinq ans après son abolition. À Los Angeles, dans le quartier gay de West Hollywood, une explosion de joie a retourné le quartier. Reportage.

par
Alexandre Priam
à West Hollywood

Le jour d'après. Santa Monica Boulevard porte encore les stigmates de la journée de mercredi. La rue est déserte, seuls les employés des bars et des magasins sur le boulevard sont sur le pont. Il faut dire que la nuit a été courte. Lorsque les médias ont annoncé le retour du mariage gay en Californie, des centaines de gens peuplaient déjà les commerces du quartier gay, une annonce étant prévue depuis plusieurs semaines. L'explosion qui a suivi le verdict était d'autant plus puissante.

Thomas, jeune gérant du magasin de vêtements «Bloc Party», passe le balai et jette les bouteilles d'alcool en verre hors de son magasin. Malgré la corvée, il est «aux anges». Il se souvient, même si la nuit fut alcoolisée, de la folie qui s'est emparé de son commerce: «Mon magasin était plein à craquer, je n'avais jamais vu ça, et surtout en pleine matinée. La télévision avait le son au maximum. Puis, le flash info arriva, plus personne ne parlait. Je regardais la foule et je me disais que c'était maintenant, là, dans quelques secondes.»

La nouvelle tombe, la Cour Suprême rétablit à 5 voix contre 4 le mariage gay en Californie: «Vous n'imaginez pas les cris qui ont suivi l'annonce, c'était fort comme moment». Thomas a lui aussi laissé exploser sa joie et le lendemain l'euphorie est retombée, mais le bonheur est toujours là: «Je réalise l'importance de cette annonce aujourd'hui. Je suis un peu plus philosophe, je pense que la joie a été à la hauteur de l'énergie que la communauté gay a fournie pendant cinq ans pour récupérer ses droits fondamentaux».

Déjà des projets

A quelques mètres de là, vers l'ouest, une femme d'une trentaine d'années, vêtements arc-en-ciel sur tout le corps, lunettes de soleil, nettoie activement les tables d'un bar. Elle frotte, longtemps, avec intensité. «Vous voyez comment je dois frotter? Ça doit vous donner une indication de la tornade festive qui a enflammé le quartier mercredi et cette nuit», dit-elle avec un grand sourire.

Elle se présente: «Je suis Sophie, lesbienne et en couple depuis 8 ans». Elle enlève ses lunettes de soleil pour faire les présentations, puis se ravise. Les yeux ne sont pas encore prêts à supporter le soleil californien. La décision de la Cour Suprême, pour elle, c'est «le plus beau cadeau que les États-Unis pouvaient me faire. Avec ma copine, on voulait déjà se marier il y a 5 ans, mais le mariage a été aboli. C'était dur de voir ça nous passer sous le nez. Je pense que cette fois on va accélérer le processus, et pouvoir fonder une famille», continue-t-elle.

Francky Goes to Hollywood chante fort dans le bar. Un client rentre, il marche doucement, avec difficulté et se joint à la discussion. Le jeune homme commande un café, le jour d'après est difficile, «serré s'il te plaît Sophie, c'est dur ce matin».

Franck a 25 ans, il est étudiant à l'Université de Los Angeles en Californie (UCLA), la fête pour lui à été «magique». Pourtant, elle avait très mal commencé: «J'étais dans un bus quand j'ai appris la nouvelle par téléphone. J'ai laissé éclaté ma joie dans le transport en commun. J'ai vite remarqué que les gens me regardaient méchamment, et parlaient tout bas. Je me suis senti obligé de descendre du bus avant mon arrêt. J'étais triste à ce moment». Mais, lorsqu'il arrive dans le quartier gay de West Hollywood, tout s'éclaircit: «Je me suis joint à la fête, sans crainte, c'était jouissif. J'ai commencé la fête à midi et j'ai terminé ce matin à 4 heures. Je vous laisse imaginer mon état actuel. Je vais désormais passer ma journée ici, et savourer le bonheur».

France USA Media

Ton opinion