Présidentielle française: Marine Le Pen, la «dédiabolique»
Actualisé

Présidentielle françaiseMarine Le Pen, la «dédiabolique»

Marine Le Pen, qualifiée pour le second tour de l'élection présidentielle française, n'a pas eu une enfance banale.

1 / 114
Le nouveau président sera vite confronté à un défi majeur: sceller une majorité claire aux législatives des 11 et 18 juin. (Lundi 8 mai 2017)

Le nouveau président sera vite confronté à un défi majeur: sceller une majorité claire aux législatives des 11 et 18 juin. (Lundi 8 mai 2017)

AFP
Des manifestations anti-Macron ont eu lieu à Paris lundi, à l'appel du collectif «Front social» et des syndicats. (Lundi 8 mai 2017)

Des manifestations anti-Macron ont eu lieu à Paris lundi, à l'appel du collectif «Front social» et des syndicats. (Lundi 8 mai 2017)

AFP
François Hollande et Emmanuel Macron déposent une gerbe ensemble sous l'Arc de Triomphe pour ouvrir les commémorations du 8 mai 1945. (lundi 8 mai 2017)

François Hollande et Emmanuel Macron déposent une gerbe ensemble sous l'Arc de Triomphe pour ouvrir les commémorations du 8 mai 1945. (lundi 8 mai 2017)

AFP

Marine Le Pen s'est présentée dimanche, à l'issue du premier tour de l'élection présidentielle française, comme l'incarnation d'une «alternance fondamentale», par opposition à Emmanuel Macron, son adversaire du second tour.

«Vous avez le choix de l'alternance, la vraie», a déclaré la présidente du Front national (FN) à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), où elle a attendu les résultats.

Elle a par ailleurs lancé un appel «à tous les patriotes sincères» afin qu'ils se rallient à elle avant le 7 mai. «Les Français doivent saisir l'opportunité historique qui s'ouvre, celle du combat contre la mondialisation», a-t-elle dit.

C'est la deuxième fois, après la présidentielle de 2002, que le parti d'extrême droite parvient au second tour.

Son histoire

Benjamine des trois filles de Jean-Marie Le Pen, elle a huit ans quand une charge d'explosifs détruit l'immeuble parisien de la famille, ne faisant miraculeusement que des blessés légers.

Nous sommes en novembre 1976 et l'actuelle candidate du Front national (FN) vient de comprendre qui est son père. «Il a fallu cette nuit d'horreur pour que je découvre que mon père faisait de la politique. C'est là, à l'âge des poupées, que je prends conscience de cette chose terrible et incompréhensible pour moi: mon père n'est pas traité à l'égal des autres, nous ne sommes pas traités à l'égal des autres», écrit-elle des années plus tard dans son autobiographie.

L'attentat n'est pourtant pas lié à la politique mais à une histoire d'héritage, celui que le chef du clan Le Pen a touché après la mort d'Hubert Lambert, un militant d'extrême-droite millionnaire qui lègue à la famille la demeure de Montretout à Saint-Cloud.

Quelques années plus tard, Marine Le Pen, dont l'adolescence est marquée par le départ de sa mère, s'inscrit à l'université Panthéon-Assas où elle réussit une maîtrise de droit avant de brièvement devenir avocate au barreau de Paris.

Se faire un prénom

Parallèlement, elle adhère au Cercle national des étudiants de Paris, un mouvement proche du FN. Régulièrement présente aux côtés de son père lors d'apparitions publiques, il lui reste à se faire un prénom.

Elle se présente pour la première fois aux législatives de 1993 où elle obtient 11% des voix. Cinq ans plus tard, elle devient conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais puis prend la tête de l'association Génération Le Pen, à laquelle elle ajoute un «s» afin de moderniser le parti et, déjà, de le «dédiaboliser» à une époque où Jean-Marie Le Pen multiplie les provocations.

Inexorablement mis de côté, le vieux «Menhir» nomme sa cadette vice-présidente du FN. En 2004, tête de liste FN en Ile-de-France, elle décroche un siège au Parlement européen où elle est rééelue en 2009.

Exclusion du «Menhir»

En 2011, elle accède enfin à la présidence du FN, aux dépens de Bruno Gollnisch. Dans la foulée elle se présente à la présidentielle de 2012 où elle obtient près de 18% des suffrages. Battue au premier tour, elle affiche néanmoins le meilleur résultat du Front national à une présidentielle, devant son père qui s'était qualifié pour le second tour face à Jacques Chirac lors de l'élection de 2002.

En 2014, elle réitère sa fidélité au clan Le Pen, affirmant, sur le plateau de TF1, «on naît la fille de Le Pen, on meurt la fille de Le Pen. C'est l'homme de ma vie.»

L'année suivante, pourtant, après de nouvelles déclarations polémiques de son père, elle soumet au vote des adhérents un projet de réforme des statuts du parti supprimant notamment la fonction de président d'honneur, occupée par Jean-Marie Le Pen. Ce dernier sera finalement exclu du FN à l'été.

Limites de la stratégie

Aux élections régionales suivantes, elle récolte plus de 40% des suffrages dans le Nord-Pas de Calais-Picardie, mais elle est battue au second tour après que tous les autres partis lui eurent fait barrage.

En février 2016, elle annonce sa candidature à la présidentielle de cette année, malgré les affaires d'emplois fictifs au Parlement européen dans lesquelles elle est empêtrée. 2017 sera l'année de la consécration pour le FN, vocifère-t-elle régulièrement, elle qui pense tout avoir mis en œuvre pour dédiaboliser le parti.

La stratégie a toutefois ses limites. Entre obsession sécuritaire, dénonciation sans nuance de l'immigration, mensonges éhontés et polémiques historiques - le Vel d'Hiv après le détail de l'histoire -, le fond de commerce de Marine Le Pen reste bel et bien celui de l'extrême droite. (ats)

L'essentiel du programme de Le Pen

Europe

- Négocier à Bruxelles la sortie de l'euro et le retour des frontières nationales en sortant de l'espace Schengen. Référendum sur l'appartenance à l'Union européenne à l'issue des négociations

- Rappeler les réservistes pour aider au rétablissement des frontières (annoncé en campagne)

- Supprimer la directive «Travailleurs détachés»

- Refuser les traités de libre-échange CETA et TAFTA

Immigration

- Réduire l'immigration à un solde annuel de 10'000 personnes, après un moratoire sur les visas de longue durée

- Restreindre les conditions de l'asile

- Durcir le regroupement familial

- Rendre impossible la régularisation ou la naturalisation des étrangers en situation illégale

- Suppression du droit du sol

Défense

- Quitter le commandement intégré de l'OTAN

- Augmentation du budget de la Défense

Social

- Retraite à 60 ans avec 40 annuités de cotisations

- Revalorisation de certains minima sociaux, sous condition de nationalité ou de résidence de longue durée

- Prime de pouvoir d'achat pour les petits revenus

Fiscalité

- Fusion des dispositifs d'allègements de charges pour les entreprises, conditionnés au maintien de l'emploi

- Taxation à 35% des produits des entreprises qui ont délocalisé leurs usines

- Taxe additionnelle sur l'embauche de salariés étrangers

- Baisse d'impôts sur le revenu

- Défiscalisation des heures supplémentaires

Industrie

- Empêcher en cas de subvention publique qu'une société soit cédée à une société étrangère pendant 10 ans

- Réserver la commande publique aux entreprises françaises, dont une partie aux PME

Energie et environnement

- Suspendre le développement de l'éolien, investir sur les autres filières françaises d'énergies renouvelables

- Maintenir le nucléaire

- Interdire l'exploitation du gaz de schiste

Agriculture

- Transformer la PAC en «Politique agricole française»

- Interdire l'importation de produits agricoles qui ne respectent pas les normes de production françaises

Sécurité et Justice

- Déchéance de nationalité pour tout binational lié à une filière djihadiste

- Recrutement de 15'000 policiers et gendarmes, 6000 douaniers

- Présomption de légitime défense pour les forces de l'ordre

- Durcissement de la politique pénale, dont une peine de perpétuité incompressible

- Expulsion automatique des criminels et délinquants étrangers

Laïcité et Société

- Pas de financement public des lieux de culte et des activités cultuelles

- Remplacer le mariage homosexuel par un contrat civil amélioré

Ton opinion