France: Marine Le Pen se pose en «lumière d'espérance»
Actualisé

FranceMarine Le Pen se pose en «lumière d'espérance»

Des milliers de militants du Front National (FN) ont défilé mercredi matin à Paris derrière Marine Le Pen.

Marine Le Pen est descendue dans la rue, mercredi.

Marine Le Pen est descendue dans la rue, mercredi.

La présidente du parti d'extrême-droite s'est posée en «lumière de l'espérance» pour le peuple français frappé par la crise.

«La France est dans la nuit des affaires, la nuit du délitement de la morale publique, la nuit du mensonge aux Français», a martelé Marine Le Pen lors d'un discours, place de l'Opéra, clôturant le traditionnel défilé frontiste pour Jeanne d'Arc et le 1er mai.

«Je comprends nos compatriotes quand ils nous disent qu'ils perdent confiance, qu'ils ne croient plus en cette classe politique», a-t-elle insisté, jugeant que la France s'est aujourd'hui «enfermée dans les ténèbres de l'Europe».

Une année après l'élection du socialiste à la présidence de la République, la présidente du FN a assuré que le peuple français «comprend que rien n'a changé» depuis un an, que le pays traverse «toujours le même tunnel».

Trois générations

Trois générations de la famille Le Pen ont conduit le cortège, réunis derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire «Le peuple d'abord!». Au côté de Marine Le Pen figuraient son père Jean-Marie Le Pen et sa nièce Marion Maréchal-Le Pen, actuelle députée à l'Assemblée nationale. Le député Gilbert Collard et le numéro 2 du parti Florian Philippot étaient aussi présents.

Parmi les slogans repris durant la manifestation, on entendait «Hollande démission», «Bleu blanc rouge, la France aux Français», «On est chez nous»... Sous une nuée de drapeaux tricolores, des fumigènes bleus et rouges étaient régulièrement allumés.

Un an après les 17,9% obtenus à la dernière présidentielle, Marine Le Pen progresse dans trois sondages sur les intentions de vote à 21, 22 ou 23%, faisant jeu égal ou devançant François Hollande.

Si son projet alternatif reste flou, Marine Le Pen compte profiter d'un rejet croissant de l'Europe dans l'opinion et faire des européennes du printemps 2014 un grand référendum contre Bruxelles. (ats/afp)

Ton opinion