Zurich: Mario Fehr pose des conditions pour revenir
Actualisé

ZurichMario Fehr pose des conditions pour revenir

Les Jeunes socialistes zurichois avaient porté plainte contre le conseiller d'Etat chargé de la sécurité, provoquant son ire et son départ du parti.

Le conseiller d'Etat zurichois Mario Fehr a claqué la porte du PS après une plainte pénale des... Jeunes socialistes zurichois.

Le conseiller d'Etat zurichois Mario Fehr a claqué la porte du PS après une plainte pénale des... Jeunes socialistes zurichois.

Le conseiller d'Etat zurichois Mario Fehr, qui a suspendu son appartenance au parti socialiste à la suite d'une plainte pénale de la Jeunesse socialiste zurichoise, pose deux conditions pour réintégrer la formation: la plainte doit être abandonnée et une telle action empêchée à l'avenir.

En juillet, les Jeunes socialistes zurichois avaient porté plainte contre le ministre de la sécurité, l'accusant d'abus de pouvoir et d'acquisition illégale de données. D'après eux, l'achat et l'installation du cheval de Troie informatique «Galileo» n'étaient pas conformes à la loi. Le programme était destiné à la police cantonale et à la lutte contre le gros trafic de drogue et le blanchiment d'argent.

Le parti fait bloc

Ils ont toutefois perdu une bataille importante jeudi dernier. Le bureau du parlement zurichois a refusé de lever l'immunité du conseiller d'Etat. Cette mesure leur aurait permis d'engager des poursuites pénales.

Il a été clairement démontré que «j'avais agi correctement», a déclaré Mario Fehr dans un entretien publié vendredi par la Neue Zürcher Zeitung et la Schweizer Illustrierte. Selon lui, les Jeunes socialistes doivent retirer leur plainte pénale et le parti doit sanctionner un tel comportement s'il se produit à nouveau.

Il estime qu'il ne peut pas représenter un parti au gouvernement, dont les membres peuvent l'attaquer. Les Jeunes socialistes font partie du PS, rappelle-t-il. Ce dernier a soutenu leur campagne électorale à hauteur de 60'000 francs. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion