Actualisé 24.07.2009 à 11:59

Praille-Acacias-Vernets

Mark Muller s'en prend aux «Neinsager professionnels»

Quelques jours après la démission de Sylvie Bietenhader, directrice du projet Praille-Acacias-Vernets, Mark Muller critique l'attitude «maladivement négative» des opposants à ce chantier.

Le conseiller d'Etat se défend de manquer d'image directrice sur ce dossier.

»Le problème, c'est le scepticisme des opposants (...), qui jette le doute sur ce projet», a déclaré vendredi dans la «Tribune de Genève» le magistrat à la tête de ce futur chantier, souvent qualifié de chantier du siècle. Selon lui, il faut d'abord franchir le pas du déclassement et ensuite élaborer une image directrice.

Le chef du département des constructions revient rapidement sur la démission de Mme Bietenhader qui a secoué la classe politique. Il écarte toute divergence de fond entre elle et lui ou la délégation du Conseil d'Etat. Pour remplacer la démissionnaire, il cherche un urbaniste-architecte chef de projet.

Ce projet immobilier du canton prévoit la construction d'un nouveau quartier sur 230 hectares avec 14'000 logements. Le PAV est combattu par un référendum des syndicats et de l'ASLOCA qui s'opposent à la densification des lieux.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!