Actualisé 19.12.2012 à 19:56

Ski alpin

Markus Vogel n'entend pas s'arrêter là

Sixième en Italie, lundi, le Nidwaldien a obtenu le meilleur résultat suisse en slalom depuis la 4e place de Marc Gini à Lenzerheide en mars 2011.

de
Marc Fragnière
Le Nidwaldien se sent «galvanisé par l'ambiance extraordinaire des courses nocturnes».

Le Nidwaldien se sent «galvanisé par l'ambiance extraordinaire des courses nocturnes».

– Markus, vous êtes le deuxième Suisse (ndlr: après Didier Défago) à obtenir votre billet pour les Mondiaux de Schladming...

– Oui, pendant la course je n'y ai pas pensé. Maintenant, c'est sûr que je pourrai aborder les prochaines courses de manière un peu plus détendue.

– A propos, quelle sera la suite de votre programme ?

– Je disputerai le slalom de Coupe d'Europe de Zuoz (ndlr: aujourd'hui). Puis je m'octroierai une petite pause de Noël. Ensuite, je m'astreindrai à un entraînement physique. Le planning n'est pas encore définitif, mais au niveau des courses, je prendrai part aux slaloms de Coupe d'Europe de Chamonix (les 3 et 4 janvier) avant d'aller à Zagreb (Coupe du monde, le 6 janvier).

– Et ensuite, ce sera Adelboden. Vous y pensez déjà?

– C'est trop loin. Mais, évidemment, je me réjouis de concourir à la maison.

– Jusqu'ici, êtes-vous satisfait de votre début de saison ?

– Mon but est de progresser à chaque course et de parvenir à me glisser parmi les meilleurs. Je suis ambitieux, et mes objectifs sont élevés. Alors, je ne suis pas autrement satisfait de mon début d'hiver, mais j'ai la conscience tranquille. J'ai toujours tout donné.

– De fait, vous êtes désormais le leader helvétique en technique. Cela accroît-il la pression qui pèse sur vos épaules ?

– Non, l'ambiance dans l'équipe a toujours été bonne, et personne ne peut me mettre une pression plus importante que celle que je m'impose moi-même.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!