Bâle: Marquages au sol inventés au nom de l'esthétisme
Actualisé

BâleMarquages au sol inventés au nom de l'esthétisme

Le Service des ponts et chaussées de Bâle-Ville a dessiné des lignes sur la route pour signaler des places de parc pour les livraisons. Or selon Berne, elles enfreignent la loi.

par
ofu
Capture d'écran «Basler Zeitung»

Confus, pas clairs et jamais vus. Tels sont les trois qualificatifs peu flatteurs que la «Basler Zeitung» utilise pour décrire les nouveaux marquages au sol qui ornent la Malzgasse à Bâle. Les lignes jaunes semblent former une sorte de «K» avec un trait qui sort perpendiculairement de la lettre. Selon le journal, elles sont censées indiquer des places de parc pour les livraisons. Le soir et le week-end, les habitants du quartier sont néanmoins autorisés à s'y garer. C'est ce qu'indique un petit panneau installé en bordure de route.

Celles et ceux qui n'ont encore jamais vu de «K» biscornu peint sur la route ont de quoi se rassurer. Le journal alémanique rappelle en effet que d'habitude, les places pour les livraisons sont définies par un rectangle jaune avec une grosse croix jaune au milieu. Christophe Haller, président de la section bâloise du TCS, confirme: «Ce marquage porte à confusion et il ne semble pas correspondre à la norme.»

Ordonnance sur la signalisation routière

Contacté, l'Office fédéral des routes (Ofrou) explique: «Ce marquage ne correspond pas aux directives de l'ordonnance sur la signalisation routière», affirme le porte-parole Thomas Rohrbach. Il rappelle que les autorités cantonales ne sont pas autorisées à apposer des marquages approximatifs, selon leurs envies. Seuls les signalisations et les marquages approuvés par le Conseil fédéral sont autorisés.

Nicole Stocker, porte-parole du Département bâlois de la construction et de la circulation routière (BVD), défend malgré tout l'étrange «K». Notre département a voulu éviter, «pour des raisons esthétiques», de dessiner de grosses croix sur la totalité des places de parc et les pavés (voir photo).

Signes pas compris

Au début, explique-t-elle, les autorités se sont contentées de dessiner de petits coins sur le goudron pour indiquer aux véhicules où et dans quel angle se garer. Mais il s'est avéré que les automobilistes ont mal compris ce marquage et que nombre d'entre eux se sont garés trop près des immeubles. Les autorités ont donc décidé de dessiner les mêmes petits angles de l'autre côté de la route, sur le côté pavé. Or comme cela n'a pas non plus été compris par les usagers de la route, le BVD a finalement décidé de rajouter les petits traits perpendiculaires aux angles de stationnement. C'est donc ainsi que ces étranges «K» ont vu le jour à la Malzgasse, résume la «Balser Zeitung».

Pour Christian Greif, patron de la section bâloise de l'Automobile club de Suisse (ACS), cette décision est juste incompréhensible. «C'est inacceptable d'apposer des marquages peu clairs juste au nom de l'esthétisme.» Christophe Haller du TCS exige que les lignes soient corrigées sur-le-champ. Le BVD, lui, souhaite encore attendre un peu pour voir si les «K» sont compris par les automobilistes. Quant à l'Ofrou, on ignore s'il exigera des autorités bâloises de corriger les lignes.

Ton opinion