Publié

Meyrin (GE)«Marre d’appeler la régie qui ignore les travaux demandés»

Une locataire attend depuis des années des réparations qui ne viennent pas. Le régisseur de l’immeuble l’accuse de négligence.

par
David Ramseyer
1 / 6
Dans sa salle de bains et à la cuisine (médaillon), deux trous restent béants après des travaux effectués il y a environ 10 ans, selon Luul.

Dans sa salle de bains et à la cuisine (médaillon), deux trous restent béants après des travaux effectués il y a environ 10 ans, selon Luul.

dra

Deux trous béants percent les catelles de la cuisine et de la salle de bains, héritage de travaux effectués il y a une dizaine d’années par la régie, selon Luul, l’habitante des lieux. «C’est resté comme ça, les ouvriers n’ont pas rebouché.» Dans le couloir, une partie du mur est à nu. Le parquet est en piteux état, une vitre fendue tient avec du scotch et une grosse fissure entoure la porte d’entrée. Locataire au 7B rue de la Golette, à Meyrin (GE), la maman de sept enfants - dont six vivent encore avec elle - se dit «fatiguée». Elle affirme avoir multiplié les appels et les courriers à sa régie depuis des années, mais sans résultat. «Ils viennent voir, mais ne font aucuns travaux, j’en ai marre. Je veux juste que l’on répare ce qui doit l’être.»

Déjà épinglée pour des faits semblables, l’an passé dans nos colonnes, par une autre locataire et par la fondation propriétaire de l’immeuble, la régie Edouard Brun & Cie estime que les plaintes de Luul «ne sont pas fondées». Selon la société, la majorité des défauts provient d’un manque d’entretien et de soin de la part des occupants de l’appartement. «Leur demande de travaux a été enregistrée, mais en premier lieu, il leur appartenait de procéder à un nettoyage et de déclarer à leur responsabilité civile les dégâts résultant de l’usure anormale de la chose louée qu’ils ont causée.»

Le service technique de la régie Edouard Brun & Cie dit avoir planifié une nouvelle visite «ces prochains jours, afin de chiffrer les remises en état à charge des locataires». Accusée de négliger son appartement, Luul s’en défend: «C’est faux! Je fais tout ce qui est possible humainement, je nettoie tous les jours.»

Qui doit payer quoi?

N'étant pas saisie du dossier, l’Asloca ne se prononce pas sur la situation de Luul. Mais l’association de protection des locataires précise que si l’occupant peut avoir sa part de responsabilité dans le mauvais état d'un appartement, il en va de même du propriétaire. En clair, lorsque le dégât dépasse l’usage normal de la chose louée, tel qu'un parquet brûlé par des cendres de cigarettes, le résident doit s'acquitter des travaux, sous déduction des amortissements, via son assurance responsabilité civile. «Mais si le dégât résulte d’un usage normal des lieux, soit l’usure du temps, c'est au propriétaire d'en assumer les frais, souligne Pierre Stastny, juriste à l’Asloca. C’est aussi le cas pour des travaux qui n'auraient pas été correctement achevés.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!