Actualisé 13.04.2017 à 00:10

Tennis«Martimi», une paire qui a gardé tout son fluide

Martina Hingis et Timea Bacsinszky ont étrenné leur médaille olympique de Rio par une victoire à Bienne. Dans la bonne humeur.

von
Mathieu Aeschmann
Martina Hingis et Timea Bacsinszky mercredi durant leur match contre Carina Witthoeft et Diana Marcinkevica, au WTA Ladies Open de Bienne.

Martina Hingis et Timea Bacsinszky mercredi durant leur match contre Carina Witthoeft et Diana Marcinkevica, au WTA Ladies Open de Bienne.

Keystone/Peter Klaunzer

Martina Hingis et Timea Bacsinszky avaient, mercredi soir, un statut à honorer, une demi-finale de Fed Cup à préparer et l'intérêt médiatique du Ladies Open de Bienne à préserver. Pour le commun des joueuses, un tel cumul de responsabilités serait lourd à supporter. Pas pour «Martimi», paire virtuose, bavarde et farceuse.

«Communication à parfaire»

Juste après les sourires promenés contre la paire Witthoeft- Marcinkevica (6-2, 6-3 en 62 minutes), les deux copines ont gardé la même ambiance, en ajoutant le son à l'image. «En fait, on maîtrise trop de langues. Du coup, il y a parfois des bugs de communication», avançait Bacsinszky au moment d'évoquer les domaines à améliorer. «Evidemment, elle me dit: «Je sers dans le bide», reprenait Hingis. Alors moi, j'ai compris «blieb» (reste) et on a perdu le point.»

Tout a l'air si facile pour Martina Hingis et Timea Bacsinszky. Comment font-elles pour continuer à rigoler à un tel niveau? «Ça fait quelques jours qu'on s'entraîne bien, plaide la Saint-Galloise. Et dès les premiers jeux, je me suis sentie très à l'aise. On avait de la marge.» Et comment.

«Soutien à Golubic»

Reste que les deux jeunes femmes n'ont pas attendu les premiers jeux pour se relâcher. Jugez plutôt, elles ont passé la dernière heure précédant leur match à encourager Viktorija Golubic dans son marathon victorieux face à Laura Siegemund. «Et on en est assez fières, souriait la Vaudoise, dont le poignet se porte mieux. On est arrivé quand elle était menée 0-3 au troisième set et, comme par miracle, le match a tourné.» Sans doute le fluide de «Martimi».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!