Actualisé 28.06.2014 à 09:27

Zurich InsuranceMartin Senn refuse de parler de restructuration

Le groupe Zurich, numéro un du secteur de l'assurance en Suisse, a annoncé dernièrement vouloir supprimer 800 emplois dans le monde, dont un tiers à son siège principal.

Dans une interview au «Temps» parue samedi, le chef du groupe Martin Senn évoque la suppression de postes vacants et refuse de parler de restructuration.

Dans une interview au «Temps» parue samedi, le chef du groupe Martin Senn évoque la suppression de postes vacants et refuse de parler de restructuration.

Dans une interview au «Temps» parue samedi, le chef du groupe Martin Senn évoque la suppression de postes vacants et refuse de parler de restructuration.

«Il s'agit de réduire 800 emplois au maximum, et pas uniquement au travers de licenciements mais aussi par d'autres moyens», assure Martin Senn. Comme exemple, le président de la direction générale de l'assureur zurichois cite «la suppression de postes vacants».

Il refuse de parler de restructuration: «nous devons adapter notre organisation aux changements du marché, mais nous ne restructurons pas». Martin Senn annonce des remaniements au sein du 3e pilier pour «rendre le groupe plus agile et renforcer notre présence en contact direct avec le client».

«Nous terminons actuellement notre analyse des processus et en présenterons les résultats détaillés lors de la publication de nos résultats semestriels le 7 août», ajoute le chef de Zurich Insurance.

L'assureur prévoit un environnement plus favorable pour les trois ans à venir. «Nous voulons croître», dont en Suisse, affirme Martin Senn, qui annonce par ailleurs l'ouverture d'un nouveau siège pour Zurich Suisse à l'automne.

Le groupe vise aussi «une amélioration du rendement» dans certains marchés extérieurs ainsi qu'une «augmentation du bénéfice d'exploitation à travers une prise de risque légèrement accrue» sur les placements et une simplification de ses structures. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!