Actualisé 06.08.2009 à 17:27

Zurich Financial ServicesMartin Senn succède à James Schiro

Zurich Financial Services (ZFS) choisit l'un de ses administrateurs pour reprendre la tête du groupe.

Zurich Financial Services (ZFS) aura fait durer le suspense. Après avoir publié ses résultats semestriels dans la journée, l'assureur a dévoilé en soirée le nom de son nouveau directeur général: Martin Senn (52 ans), déjà administrateur du groupe, succèdera à James Schiro.

Le futur patron de ZFS, membre depuis 2006 de la direction et actuellement à la tête de la division investissements, remplacera le 1er janvier James Schiro (63 ans), qui prend sa retraite à la fin de l'année, a annoncé jeudi soir le groupe, après la clôture de la Bourse.

Ancien patron du cabinet d'audit et de conseil PriceWaterhouseCoopers, James Schiro, 63 ans, avait pour sa part succédé en 2002 à Rolf Hüppi et entrepris de redresser le groupe, alors en mauvaise position.

Martin Senn a, quant à lui, débuté sa carrière dans les banques, de 1976 à 1994 à la Société de Banque Suisse (SBS, fusionnée en 1997 avec l'UBS), puis au Credit Suisse jusqu'en 2003, avant de se tourner vers les assurances. De 2003 à 2006, il a été membre de la direction et responsable des investissements de Swiss Life (ex- Rentenanstalt).

Selon le communiqué de ZFS, Martin Senn a été choisi à l'unanimité du conseil d'administration, après examen de plusieurs candidatures tant internes qu'externes.

Du reste, il faisait partie des «papables» que les experts voyaient pour succéder à M. Schiro. Parmi les autres candidats évoqués qui occupaient des fonctions dirigeantes chez ZFS figuraient Dieter Wemmer, actuel directeur des finances, Axel Lehmann, responsable de la gestion des risques, et Mario Greco, directeur de la division vie globale.

Action en hausse

Plus tôt dans la journée, ZFS a par ailleurs fait état d'un bénéfice net en recul de 53% à 1,25 milliard de dollars (1,32 milliard de francs) au premier semestre, par rapport à la même période de l'an passé.

Le marché a bien accueilli ce résultat, l'action clôturant en hausse de 1,2% à 218,5 francs. Les analystes interrogés par l'agence financière AWP tablaient sur un résultat net de 1,17 milliard de dollars (1,25 milliard de francs) seulement.

Commentant ces «remarquables résultats», James Schiro n'a pas manqué de souligner devant la presse que le premier assureur suisse était resté dans les chiffres noirs depuis le début de la débâcle financière. La performance «reflète une gestion de crise proactive et témoigne d'une approche de risques réussie», s'est-il félicité.

Le résultat d'exploitation semestriel a reculé de 28% à 2,55 milliards de dollars et les revenus dans ses deux principaux secteurs ont diminué.

En raison d'une forte contraction en Amérique du Nord, les primes brutes dans l'assurance dommage se sont repliées de 2% en monnaies locales et de 11% en dollars sur un an à 18,2 milliards de dollars. Le ratio combiné - rapport des frais de gestion et du coût des sinistres sur le total des primes encaissées - s'est maintenu à 96,2%.

Quant à la division assurance vie, elle a encaissé des primes brutes de 11,6 milliards de dollars, soit une baisse de 30% en devises locales et de 11% en dollars. La filiale américaine Farmers Management Services a pour sa part enregistré des primes de 1,2 milliard de dollars, en hausse de 4%.

Objectifs confirmés

Le groupe n'a pas donné de perspectives pour l'exercice en cours, mais a confirmé son objectif d'économies de 400 millions de dollars et de performance opérationnelle à hauteur de 900 millions. Et la confiance est de mise: «Nous sortirons de la crise dans une position renforcée», a estimé le directeur général.

Tout en maintenant sa «discipline» financière, le groupe entend saisir les opportunités en vue d'accompagner sa croissance, a relevé James Schiro.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!