24.07.2020 à 14:45

Genève

Masques obligatoires dans les magasins dès mardi

Le ministre de la santé Mauro Poggia a annoncé de nouvelles mesures vendredi. Le virus continue d’affecter les Genevois.

de
Lucie Fehlbaum, Jérôme Faas
Masques
Masques

Les masques sont désormais obligatoires dans les lieux publics et les magasins.

Keystone

Mauro Poggia, conseiller d’Etat chargé de la santé, le médecin cantonal Jacques-André Romand et Adrien Bron, directeur général de la santé, l’ont annoncé vendredi: les masques seront obligatoires dans les commerces dès mardi 28. Une augmentation significative des cas de Covid-19, dont 46 ces dernières 24 heures, a décidé le Conseil d’Etat à mettre en place de nouvelles mesures, dont certaines seront effectives dès ce soir.

Serveurs masqués


En effet, dès vendredi 20h, les employés de la restauration, des bars et des boîtes de nuit devront porter le masque. Tous les établissements dans lesquels les clients circulent et consomment (bars et discothèques) auront l’obligation de collecter l’identité de leur clientèle ainsi qu’un moyen de contact fiable. La plateforme recommandée par le médecin cantonal est conseillée. Une violation de cette règle entraînera des conséquences pénales: les établissements qui ne respecteront pas cette obligation s’exposeront à des amendes allant de 5000 à 10'000 francs. Mauro Poggia pense néanmoins que la mesure sera bien respectée. «Les exploitants de boîtes de nuit sentent bien que l’alternative, c’est la fermeture.»

Gel à disposition

Dès mardi, les responsables d’établissements publics devront fournir du gel hydro-alcoolique à leur clientèle. Se désinfecter les mains ne sera pas optionnel: aucune personne ne pourra pénétrer dans les locaux sans s’être frotté les mains avec la solution. Le Conseil d'Etat genevois a également annoncé le port du masque obligatoire dès ce vendredi soir pour tous les prestataires de soins à la personne, comme les coiffeurs, les barbiers et le personnel de salons esthétiques.

«Un net relâchement»

«Alors qu’apparemment la situation évoluait favorablement, elle s’est aggravée» récemment, a expliqué le conseiller d’Etat Mauro Poggia pour justifier ce durcissement des mesures. «Les chiffres sont inquiétants», observe-t-il. Le nombre de cas de contaminations a augmenté par paliers au cours des quatre dernières semaines. «Nous avions zéro à deux cas par jour la première semaine, cinq à dix la deuxième, plus de dix la troisième, puis 20, 25, 30 et maintenant 45 cas», a détaillé le médecin cantonal Jacques-André Romand, qui observe «un net relâchement» de la population. «Les gens se refont la bise, les contacts sont de nouveau bien présents.»

Cinq lieux festifs foyers d’infection

Les autorités ont constaté que dorénavant, près de la moitié des contaminations surviennent dans un cadre festif, privé (anniversaires, réunions de famille) ou public (boîte de nuit, bar, afterwork). «C’est nouveau, nous n’étions pas du tout dans ce cas de figure il y a encore deux semaines», a indiqué Adrien Bron, directeur général de la Santé. Ainsi, lors des dix derniers jours, cinq lieux festifs, c’est-à-dire où la clientèle est debout, ont été identifiés comme des foyers d’infection, avec pour certains une partie du staff positif.

Risque de perte de maîtrise

Face à cette situation, le canton a donc décidé de «tirer la sonnette d’alarme», Mauro Poggia rappelant que d’une manière générale, «l’alerte rouge intervient lorsque l’on a dix cas quotidiens pour 100’000 habitants». Avec 46 cas pour un canton de 500’000 habitants, le canton du bout du lac en est donc très proche. Cependant, même si Adrien Bron avertit que «l’on est potentiellement en train de perdre la maîtrise de l’épidémie à Genève», tel n’est pas encore le cas. «Tracer les contacts de 46 personnes, on y arrive», assure Jacques-André Romand, qui expose qu’une trentaine de personnes positives donnent lieu à une centaine de quarantaines.

Peu d’hospitalisations

Le nombre d’hospitalisations aux soins intensifs et intermédiaires survenues cette semaine constitue le point positif de ce point de situation plutôt sombre. Seules deux ont été comptabilisées. Elles concernent des patients de 61 ans et 71 ans.

345 quarantaines

Vendredi, 46 nouvelles contaminations ont été comptabilisées à Genève. Il en avait été dénombré 43 jeudi, 30 mercredi et 32 mardi. Ce vendredi toujours, dix personnes positives au covid-19 étaient hospitalisées: huit en unité de soins, une aux soins intermédiaires et une aux soins intensifs. Enfin, 345 personnes se trouvaient en quarantaine, contre 316 jeudi, 271 mercredi et 266 mardi.

«Faites-vous tester»

Le conseiller d’Etat Mauro Poggia a rappelé l’importance de se faire tester, ce d’autant plus que dorénavant, les tests sont gratuits. «Cela fonctionne, les gens le font plus volontiers qu’auparavant», a-t-il observé. «Si vous avez des symptômes même légers, même un léger rhume, éviter les contacts avec des tiers et faites-vous tester, c’est indispensable.» A noter que la hausse de cas de contamination ne s’explique pas par le nombre de tests pratiqués, stable autour des 450 par jour.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
726 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Darkshadow

25.07.2020 à 18:10

La suisse est devenue un drôle de pays!!! Comuniste!! Plus fédéraliste !! On va droit dans le mur !!! Pas besoin des masques !!! On nous a tellement bassiné qu il ne servait à rien et maintenant c est le st grale!!! N importe quoi !!! 🤯🤯👎👎

pistache

25.07.2020 à 17:48

2 semains de masque et les cas continuent à prendre l'ascenseur. donc voici la nouvelle manière de liquider ces stocks commander en mars mais arrivé en mai. On nous en tube aussi vite que possible et on le fait duré aussi longtemps que nécessaire.

Fifi

25.07.2020 à 17:43

De tout façon on va tous mourir un jour!!! C est la vie!!! Pourquoi on fait tout un patacaisse pour le covid et la grippe espagnole, elle a fait le ménage dans le monde!!! C est tout à fait normal !!!🧐👍