Actualisé 17.08.2007 à 16:21

Massacre de Duisbourg: la police diffuse le portrait-robot d'un suspect

Berlin - La police allemande a diffusé vendredi le portrait-robot d'un homme qui pourrait être impliqué dans la tuerie de Duisbourg.

Les enquêteurs italiens ont de leur côté mené de nouvelles perquisitions en Calabre, sur les terres de la mafia.

Le suspect est l'un des deux hommes repérés sur les lieux du crime, dans la nuit de mardi à mercredi, et qui sont repartis sur les chapeaux de roue à bord d'une voiture sombre, précise la police de Duisbourg. C'est lui qui conduisait la voiture.

Le portrait-robot montre un homme d'une taille comprise entre 1m80 et 1m85, élancé, portant des cheveux noirs courts et de long favoris et présentant une tache sous l'oeil droit. Sa publication a incité plusieurs personnes à témoigner, mais la police ne dispose d'aucun élément concret désignant un éventuel protagoniste de la tuerie.

Un témoin parle

Un témoin a raconté au quotidien «Bild» qu'en rentrant chez lui, il s'était arrêté en chemin pour déposer un collègue et qu'il avait vu deux hommes à proximité du restaurant. Ils portaient des vêtements sombres et l'un d'entre eux regardait à l'intérieur de la pizzeria.

«Lorsque nous nous sommes arrêtés, ils se sont déplacés dans une zone à l'ombre du bâtiment. Je n'ai appris ce qui s'est passé que le lendemain matin, et cela m'a donné la chair de poule», a-t-il raconté.

Les experts continuent par ailleurs d'étudier le film de vidéo surveillance des lieux du crime, mais en raison de la mauvaise qualité de l'enregistrement les résultats ne sont pas attendus avant la semaine prochaine, a ajouté la police.

Nouvelles perquisitions

En Italie, de nouvelles perquisitions ont eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi à San Luca. Une cinquantaine de perquisitions s'étaient déjà déroulées la nuit précédente dans ce bourg d'environ 4000 habitants, au centre des luttes de clans de la 'Ndrangheta.

Pour les enquêteurs, la tuerie est liée à la 'Ndrangheta, la mafia de Calabre (sud de l'Italie). Les six victimes, des Italiens âgés de 16 à 38 ans, ont été mitraillés dans la nuit de mardi à mercredi alors qu'ils sortaient d'une pizzeria de Duisbourg.

Le massacre ferait partie d'une vendetta ayant débuté en 1991 par une rixe entre les clans Vottari-Pelle et les clans Strangio-Nirta, originaires de San Luca, en Calabre. Selon la presse, une des victimes, un homme de 25 ans, était la cible des tueurs, car tenu responsable du meurtre le jour de Noël 2006 de l'épouse d'un chef présumé d'un clan rival.

Appel aux femmes

Dans ce contexte, un évêque de Calabre, Giancarlo Bregantini, a appelé les femmes à mettre un terme à la vendetta. «Les femmes portent dans leur coeur le pardon ou la vengeance» et elles peuvent mettre fin au cycle de violences, a-t-il affirmé vendredi dans une interview au «Corriere della Sera».

Le quotidien «La Repubblica» affirme pour sa part que la vendetta qui déchire les deux clans est en réalité une lutte pour le contrôle du trafic de drogue en provenance de Colombie.

Selon plusieurs rapports récents des services italiens, la 'Ndrangheta a pris de plus en plus d'influence dans le trafic de drogues et elle est devenue l'organisation criminelle italienne la plus dangereuse.

Selon les autorités allemandes, elle serait présente depuis plusieurs années en Allemagne. La police de Duisbourg a annoncé jeudi soir qu'un membre de la 'Ndrangheta de San Luca du nom d'Antonio G. avait été arrêté en 1991 dans un restaurant de la ville, lui aussi appelé Da Bruno, comme la pizzeria devant laquelle s'est produit le massacre de cette semaine. (ats)

Les «liaisons dangereuses» entre la 'Ndrangheta et la Suisse

Blanchiment d'argent, trafic d'armes ou de drogue, «planque»: la mafia calabraise ('Ndrangheta) étend également ses tentacules en Suisse. Rappel des principales affaires recensées en Suisse ces dix dernières années.

Mai 2007

démantèlement d'un vaste trafic international de cocaïne organisé par un clan de la mafia calabraise. Quatre personnes dont deux Suisses sont arrêtées au Tessin. 200 kilos de cocaïne sont saisis en Italie dans une voiture immatriculée au Tessin.

26 octobre 2006

Arrestation à Brigue d'un boss présumé de la 'Ndrangheta. L'homme, établi depuis 30 ans en Valais, est recherché en Italie, où il a été condamné à la prison à vie pour double meurtre et à 11 ans de prison pour association de malfaiteurs liée à la mafia, recel et détention d'armes de guerre. Il a été relâché en novembre et la procédure en vue de son extradition est en cours.

24 mai 2005

La police italienne arrête près de la frontière suisse un trafiquant d'armes présumé soupçonné d'avoir fait passer illégalement plus de 300 armes à feu de Suisse en Italie.

16 juin 2003

Condamnation à 14 ans de prison de l'ex-avocat italo-suisse Francesco Moretti pour avoir blanchi 63 millions de francs provenant du trafic de drogue et d'autres activités illicites des mafias sicilienne, calabraise et napolitaine. Son complice est condamné à 12 ans de prison le 20 juin à Varèse (I).

19 mai 2004

La Cour d'assises de Lugano condamne à 18 ans de réclusion le Suisse Paul Edouard Waridel. Déjà condamné en 1985 dans le cadre du procès de la «Pizza connection», M. Waridel est le «cerveau» d'un vaste trafic international de cocaïne démantelé en 2002 à Athènes.

Le trafic portait au total sur 900 kilos de drogue destinés à la 'Ndrangheta et à la camorra napolitaine. Le jugement a été réduit en appel à quinze ans de prison. Dans la même affaire, l'épouse de M. Waridel a été condamnée à 16 ans de prison en juin 2003 en Grèce.

5 mars 2002

La police italienne démantèle un trafic international de cocaïne et arrête neuf membres de la 'Ndrangheta. La cocaïne, très pure, arrivait à Zurich de l'Amérique du sud. Elle était ensuite transportée en Italie par Chiasso ou Domodossola.

13 juin 2000

Un tribunal de Milan condamne huit trafiquants de drogue qui opéraient depuis Bâle-Campagne à des peines allant jusqu'à 15 ans de prison. Le trafic portait sur 500 kg d'héroïne, d'une valeur de 30 à 40 millions de francs, en provenance de Turquie. Arrivée en Italie, l'héroïne et l'argent étaient pris en charge par une famille de la mafia calabraise.

13 avril 1999

L'unité italienne de lutte contre la mafia arrête 62 personnes lors d'une opération contre un réseau de trafiquants de drogue. L'organisation, qui était en mesure de faire entrer en Italie jusqu'à 900 kilos de cocaïne par année, aurait blanchi au moins 82 millions de francs dans plusieurs pays, dont la Suisse.

1er mars 1999

La Suisse extrade vers l'Italie un présumé mafieux calabrais arrêté à Zurich. L'homme était recherché dans son pays depuis août 1996 pour appartenance à un clan de la mafia calabraise et trafic de drogue.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!