03.03.2020 à 20:40

France

Matt Pokora pris dans la tourmente du coronavirus

Après un message sous-entendant un complot des autorités françaises lié à la maladie, le chanteur a dû s'expliquer.

de
fec
Le chanteur de 34 ans ignore toujours s'il pourra prendre la route ou non.

Le chanteur de 34 ans ignore toujours s'il pourra prendre la route ou non.

DR

L'épidémie touche désormais tous les pans de la société. La musique ne fait pas exception. La tournée de Matt Pokora est menacée par le coronavirus, ce qui a fait réagir l'artiste de 34 ans sur Twitter le 29 février 2020. «Je viens d'apprendre la surprenante décision du Ministère d'annuler les rassemblements de plus de 5000 personnes jusqu'à nouvel ordre. Plus de 5000 personnes c'est risqué, mais 4500 on est bon», a-t-il ironisé. C'est ensuite que les choses se sont corsées avec une story Instagram rapidement supprimée: «C'est bizarre ce procédé de dédramatiser un virus depuis 10 jours (...) en disant que la grippe chaque année tue beaucoup plus de personnes dans le monde ou que H1N1 et Ebola étaient bien plus dangereux. Jamais on a annulé des concerts, marathons pour H1N1, Ebola et autres. On nous cache quelque chose ou quoi?»

Ce dernier message a suscité de nombreuses critiques sur Twitter. «Bref Matt Pokora est à la pensée française ce que Matt Pokora est à la chanson française», «Du temps de la peste, on n'annulait pas les concerts! On nous cache des choses ou quoi? - Dr Matt Pokora», «Le gouvernement a osé interdire les manifs de plus de 5000 personnes sans consulter l'avis de l'expert en coronavirus?

Donc même pour le Salon de l'agriculture personne n'a non plus demandé l'avis de Matt Pokora?», peut-on lire sur le réseau social. Face à cette avalanche de tweets, le chanteur s'est senti contraint de mettre les choses au clair concédant qu'il avait supprimé sa story parce que «la forme n'était pas la bonne et pouvait prêter à confusion»: «Je n'ai jamais remis en doute le fait que les mesures étaient prises pour notre bien. Ma question «on nous cache quelque chose» était pour dire que je me demandais si on nous disait vraiment tout sur la dangerosité du virus. C'est un fait, on nous l'a dédramatisé constamment dans les médias et d'un coup on prend des mesures inédites».

Le Strasbourgeois, qui, par ailleurs sera à voir au Venoge Festival à Penthalaz (VD) en août 2020, a aussi admis qu'il avait peut-être surréagi après les incertitudes liées à sa tournée. «Sur le coup, la déception prend le pas. C'est humain. Ça fait deux ans que je travaille sur ce spectacle. Plus de 100 personnes bossent sur cette tournée. De me dire que je ne pourrais pas le partager avec le public m'a mis une claque», a-t-il encore confié.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!