Genève: Maudet:«Je n'ai jamais dit au PLR que j'avais triché»
Actualisé

GenèveMaudet:«Je n'ai jamais dit au PLR que j'avais triché»

Le magistrat dément avoir déclaré devant le parti suisse qu'il a déduit de sa déclaration fiscale de l'argent reçu via ses soutiens. Le comité directeur du PLR genevois l'appelle toutefois à la démission.

Pierre Maudet ne lâche rien. Lundi matin, la «Tribune de Genève» prétendait que l'élu avait bel et bien reconnu mercredi dernier devant son parti avoir déduit de ses impôts de l'argent reçu de tiers. Dans un tweet publié dans l'après-midi, le conseiller d'Etat a démenti avoir tenu de tels propos, parlant d'intox et de diffamation.

Lundi matin, le PLR genevois avait emboîté le pas au PLR Suisse en invitant, par 21 voix pour, 7 contre et aucune abstention, son ancien conseiller d'Etat phare à démissionner sans plus attendre.

Pas si vite, répond en substance le chef du département de la Sécurité et de l'Economie à Genève. Convoquons une assemblée extraordinaire du parti et mettons tout sur la table sans délai, demande-t-il à son parti, appuyé par ses soutiens indéfectibles qui distribuaient ce lundi un courrier en ce sens aux médias présents devant le siège du parti.

«Avec un profond regret», la décision a été prise par 21 voix contre 7, a indiqué le comité directeur dans un communiqué. La situation dans laquelle se trouve Pierre Maudet rend très difficile l'avancée des dossiers politiques importants du canton, a-t-il ajouté en souhaitant que Pierre Maudet consacre toute son énergie à sa défense.

Le comité directeur suit donc la présidence qui avait appelé mercredi dernier Pierre Maudet à démissionner. Le comité directeur du PLR Suisse était arrivé à la même conclusion après avoir entendu Pierre Maudet à Berne. Des éléments sur d'éventuelles déductions fiscales effectuées par Pierre Maudet avaient fait monter la pression.

AG extraordinaire

De son côté Pierre Maudet reste fidèle à sa ligne. A la sortie de la réunion du comité directeur, il a appelé à une consultation de la base. «Après une brève discussion politique et une plus longue discussion juridique relative aux récentes acrobaties, une troisième déclaration a été élaborée. Elle appelle à une assemblée générale extraordinaire. Je ne peux que m'en réjouir», a-t-il déclaré.

Une assemblée générale sera organisée dans les meilleurs délais, a indiqué le président du parti Alexandre de Senarclens. Elle devrait vraisemblablement se tenir en janvier. Le 22 novembre dernier, 150 membres du parti avaient demandé la tenue d'une telle assemblée. Lundi matin, trois membres qui soutiennent Pierre Maudet ont remis un courrier demandant la convocation «sans délai» de cette assemblée.

Séances de crise

C'était la troisième fois en trois semaines que le comité directeur du parti se réunissait en urgence pour discuter de la situation de son conseiller d'Etat Pierre Maudet. Seuls Pierre Maudet et Alexandre de Senarclens se sont exprimés. Les autres ont quitté les lieux sans un mot pour la presse qui les attendait.

Le conseiller d'Etat Pierre Maudet est poursuivi par le Ministère public pour acceptation d'un avantage en lien avec son voyage à Abu Dhabi. Une nouvelle audience du Ministère public aura lieu mercredi. Deux acteurs du milieu de l'immobilier, suspectés d'avoir participé à l'organisation du voyage, devraient alors être mis en prévention. Il a aussi indiqué qu'il souhaitait que le conseiller d'Etat quitte ses fonctions. (20 minutes/ats)

Ton opinion