Genève: Maudet veut réviser la loi et les effectifs des polices
Actualisé

GenèveMaudet veut réviser la loi et les effectifs des polices

La lutte contre la cybercriminalité est une priorité croissante dans l'arc lémanique, cette région dynamique concentrant un grand nombre de données sensibles.

Dans «Le Matin Dimanche», le conseiller d'Etat Pierre Maudet (PLR/GE) appelle à «faire évoluer l'arsenal législatif» et renforcer les polices cantonales.

Les lois n'ont «pas suivi», il faut donc les réviser, souligne le conseiller d'Etat en charge de la sécurité dans les colonnes de l'hebdomadaire orange. En parallèle, il appelle à «donner une forte impulsion politique pour doter les polices cantonales de spécialistes aguerris».

Au niveau légal, «une des pistes principales passe par le projet de révision de l'actuelle loi fédérale sur la surveillance de la correspondance par poste et télécommunication» (LSCPT), précise M. Maudet, évoquant un texte à l'étude aux Chambres fédérales. «Cette loi prévoit de se doter d'outils pour écouter les conversations qui se passent sur des systèmes cryptés», rappelle-t-il.

L'Etat pourrait ainsi «acquérir un logiciel du type cheval de Troie, sous contrôle institutionnel», poursuit l'élu, soulignant que l'implémentation de cet instrument «doit revenir aux cantons». Il s'agirait «de s'introduire dans les systèmes informatiques des personnes ou entités que l'on traque», à condition qu'«un juge donne son aval» au cas par cas, «à l'instar des écoutes téléphoniques».

Pierre Maudet va plus loin et imagine aussi «une véritable plateforme nationale dévolue au domaine numérique, alliant perspectives économiques et préoccupations sécuritaires, notamment pour contrer sérieusement le terrorisme». (ats)

Ton opinion