Actualisé 07.11.2008 à 10:58

Il voulait tuer Hitler

«Maurice Bavaud mérite notre reconnaissance»

Pour la première fois, le Conseil fédéral marque l'anniversaire de la tentative d'assassinat perpétré par Maurice Bavaud contre Adolf Hitler en publiant une déclaration. Il y reconnaît de nouveau les manquements de la Suisse à l'égard du Neuchâtelois.

Septante ans après les faits, le président de la Confédération Pascal Couchepin a rendu hommage à Maurice Bavaud. «Avec le recul, on peut dire aujourd'hui que les autorités suisses de l'époque, qui avaient renoncé à intervenir auprès des autorités allemandes, ne se sont pas suffisamment engagées en faveur du condamné», peut-on lire dans le document publié vendredi.

Et le conseiller fédéral de rappeler que Maurice Bavaud avait motivé son acte par le fait que le dirigeant nazi était un danger pour l'humanité, pour l'indépendance de la Suisse et pour les Eglises chrétiennes d'Allemagne. «Il avait pressenti les effets funestes qu'Adolf Hitler allait avoir sur le monde. A cet égard, il mérite notre reconnaissance et une place dans nos mémoires.»

Maurice Bavaud a été décapité à la prison de Berlin-Plötzensee le 14 mai 1941. Le jeune étudiant en théologie avait essayé d'assassiner Adolf Hitler à Munich le 9 novembre 1938, peu avant le début de la Nuit de cristal. Il avait été arrêté une semaine plus tard, interrogé par la Gestapo puis condamné à mort.

Motion

Cette déclaration officielle fait suite à une motion déposée début octobre par Paul Rechsteiner (PS/SG). Le conseiller national demandait au Conseil fédéral de faire ce geste à l'occasion du 70e anniversaire de l'échec de cet assassinat.

M. Rechsteiner y relevait que le Neuchâtelois n'avait pas fait l'objet d'une véritable réhabilitation jusqu'ici. Il était d'avis qu'»une déclaration pourrait devenir une façon d'exprimer respect et reconnaissance pour l'acte de Maurice Bavaud, ainsi que le regret qu'à l'époque, les autorités fédérales n'aient rien entrepris pour sauver la vie du jeune homme.»

Déjà en 1998

Le texte du gouvernement reprend les éléments essentiels déjà évoqués dans la réponse détaillée qu'il avait donnée en avril 1998 à une question du même parlementaire. Il s'était à l'époque basé sur une lettre adressée en 1989 par le conseiller fédéral René Felber à la famille de Maurice Bavaud.

Comparée à la réponse de 1998, la déclaration publiée aujourd'hui vise à marquer l'anniversaire de cette «tragédie», a précisé à l'ATS le porte-parole du gouvernement Oswald Sigg. «C'est l'occasion pour le Conseil fédéral de rappeler que ce Suisse a été le premier à chercher à tuer Adolf Hitler.» (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!