JO 2014 - Ski alpin: Mauro Pini: «Je n'ai aucun sentiment de revanche»
Actualisé

JO 2014 - Ski alpinMauro Pini: «Je n'ai aucun sentiment de revanche»

L'entraîneur tessinois de Tina Maze a fêté une nouvelle médaille d'or. La Slovène a enlevé le géant mardi.

par
J.-Ph. Pressl-Wenger
Rosa Khutor

Depuis mercredi passé, Mauro Pini n'arrive plus à effacer le sourire de son visage. Son expression s'est encore renforcée hier. «Elle a été très forte dans la tête, oser se lancer à fond dans de telles conditions, c'était la clé», a-t-il analysé après le triomphe de sa protégée­.

Sur un plan plus personnel, Pini a savouré ce 2e titre de la quinzaine après celui conquis en descente, sans remuer le passé. «Je ne suis pas quelqu'un qui regarde en arrière, a assuré le Tessinois. Je préfère me concentrer sur les défis à venir. Lorsque Tina m'a appelé en décembre, je suis monté dans un train en marche, avec toute mon énergie.»

Pini avait amené Lara Gut à son premier podium en Coupe du monde avant de se séparer de la structure privée de la prodige. Pauli Gut, le père de Lara, n'a pas regretté ce choix. «Je reste persuadé que lorsque l'on s'est séparés avec Mauro, c'était la bonne chose à faire», a-t-il soutenu.

Le Tessinois avait ensuite travaillé chez Swiss-Ski, comme entraîneur de vitesse chez les messieurs, puis en tant que chef du ski féminin. Le clash de mars 2012 l'avait forcé à partir. Il n'en garde aucune rancune. «Je ne suis pas un type qui spécule, je n'ai aucun sentiment de revanche. Ma carrière a toujours été faite d'occasions que j'ai su saisir.» Cette fois, Mauro Pini a obtenu la chance de coacher la meilleure skieuse du moment. Ce n'est donc pas une surprise qu'elle ait du succès.

Trois questions à Dominique Gisin

– Vos Jeux s’achèvent. Quel est votre sentiment?

– Je suis très contente. Je sais que j’ai tout donné, et là, je suis raide!

– Qu’est-ce que votre titre en descente a changé?

– Je me sens à nouveau comme une athlète qui peut gagner. Je peux sortir du portillon et me lancer à 100% dans la pente, sans retenue. Un gros boulot a été effectué dans ce sens avec mon coach mental.

– Est-ce que le regard des autres a évolué?

– Non, je ne crois pas. On est tellement proches que tout le monde connaissait la bataille dans laquelle je m’étais engagée. Beaucoup de filles m’ont dit que ça allait venir. Lara Gut m’a souvent répété qu’il ne fallait jamais arrêter d’y croire.

Ton opinion