Genève - Mauro Poggia veut des tests payants pour faire la fête
Publié

GenèveMauro Poggia veut des tests payants pour faire la fête

Le conseiller d’Etat genevois estime que la gratuité des tests maintient la population dans un refus de confort de la vaccination.

Pour l’élu, il est trop facile de vouloir vivre normalement, le tout aux frais de la collectivité.

Pour l’élu, il est trop facile de vouloir vivre normalement, le tout aux frais de la collectivité.

Georges Cabrera/TDG

A Genève plus qu’en Suisse, l’épidémie de Covid-19 reprend de la vigueur. Le taux d’incidence au bout du Léman y est actuellement le plus élevé du pays, et de loin. Une situation identique à celle de l’été-automne 2020, qui avait vu, rappelle Blick, la deuxième vague déferler sur la Suisse depuis l’ouest. Interrogé sur ces chiffres, le conseiller d’Etat chargé de la santé Mauro Poggia ne s’inquiète pas pour l’heure. Néanmoins, l’élu estime que pour enrayer la propagation d’une potentielle quatrième vague, il faut changer de paradigme. Selon lui, il faut cesser de proposer des tests antigéniques pour faire la fête. Les test PCR devraient également être payants.

Changement d’avis

Et Mauro Poggia de juger qu’il «est trop facile de vouloir vivre normalement sans aucun effort personnel, le tout aux frais de la collectivité». Pour le magistrat, rendre les tests payants pousserait un certain nombre de jeunes à se faire vacciner, ce qui tendrait à prouver qu’une partie de la population s’oppose à la vaccination non pas par principe, mais par confort. L’élu indique que si le choix de se faire vacciner est maintenu, il implique des conséquences compte tenu des circonstances.

En mai, Mauro Poggia plaidait pourtant pour la gratuité des tests. A l’époque, le conseiller d’Etat avait estimé que, puisque la vaccination n’était pas obligatoire, il ne fallait pas prétériter les personnes qui ne voulaient pas ou ne pouvaient pas se faire injecter le sérum.

(mpo)

Ton opinion

345 commentaires