Mauvais traitements dans les «boot-camps»
Actualisé

Mauvais traitements dans les «boot-camps»

Un rapport du Congrès américain a dénoncé mercredi les mauvais traitements et accidents parfois mortels dont sont victimes les adolescents placés dans des camps de redressement et de «thérapie» pour jeunes en difficulté.

Ces endroits sont aussi appelés «boot-camps».

Un rapport du GAO, l'organisme du Congrès qui contrôle les comptes publics, a répertorié pour la seule année 2005, 1619 incidents ou abus impliquant du personnel d'encadrement sur des jeunes enrôlés dans ces camps.

«Nous avons trouvé des milliers d'allégations d'abus, ayant parfois entraîné la mort, dans ces programmes dits de traitements en résidence à travers tout le pays entre 1990 et 2007», indique le rapport.

Le document liste pas moins de dix décès intervenus dans ces camps, parfois lors de suicides mais aussi résultant d'accidents, de mauvais traitements, de malnutrition ou du manque de formation de l'encadrement.

«De la négligence à la torture»

«Ces allégations vont de la négligence à la torture (...); ce cauchemar est resté pendant des années un secret de polichinelle», n'a pas hésité à dire le représentant démocrate George Miller, président de la commission à l'Education devant laquelle a été présenté ce rapport.

Il plaide pour qu'une loi fédérale règlemente ces camps qui ont fleuri aux Etats-Unis depuis les années 90 pour remettre sur le droit chemin des adolescents en difficulté, parfois juste déprimés, parfois délinquants ou aux prises avec la drogue.

De 10 000 à 20 000 internés

Entre 10 000 et 20 000 jeunes sont internés dans ces «boot-camps» à la discipline de fer, quasiment toujours contre leur gré mais avec l'assentiment de leurs parents, qui y ont recours en désespoir de cause.

«Certains ont été forcés à manger leur vomi, à se coucher dans leur urine et leurs défécations», à utiliser une brosse à dents trempée dans les toilettes, a notamment rapporté Greg Kutz, enquêteur pour le GAO du Congrès.

(ats)

Ton opinion