Publié

Formule 1Max Verstappen prend le large avant les vacances

Dixième sur la ligne de départ, dimanche, le pilote néerlandais chez Red Bull s’est adjugé le Grand Prix de Hongrie.

La joie de Max Verstappen après sa victoire en Hongrie dimanche.

La joie de Max Verstappen après sa victoire en Hongrie dimanche.

AFP

Max Verstappen part en vacances l’esprit tranquille: dixième sur la grille, le leader au championnat a progressivement remonté ses rivaux pour remporter le GP de Hongrie dimanche, au grand dam de son poursuivant au général, Charles Leclerc (Ferrari), 6e, à nouveau victime d’une erreur de stratégie de son équipe.

«J’espérais pouvoir me rapprocher d’un podium, mais nous avions une très bonne stratégie, nous étions vraiment réactifs. Même avec le 360 (ndlr: il a perdu un instant le contrôle de sa monoplace), nous avons gagné la course», a réagi le vainqueur à l’arrivée, qui signe sur le tracé du Hungaroring, près de Budapest, son 8e succès de la saison en 13 courses.

Cette victoire n’était effectivement pas jouée d’avance pour le champion du monde en titre, parti en milieu de grille après avoir souffert d’un problème mécanique la veille en toute fin de qualifications.

Tour après tour, le Néerlandais est progressivement remonté pour s’imposer devant les Mercedes des Britanniques Lewis Hamilton et George Russell, parti en pole position pour la première fois de sa carrière en F1.

Ce deuxième double podium consécutif pour Mercedes – après la France le week-end dernier – offre une nouvelle bouffée d’air au constructeur allemand. Après un début d’année compliqué pour l’écurie championne du monde en titre, celle-ci n’est désormais plus qu’en quête d’une première victoire en 2022.

Depuis le début de la saison, le constructeur allemand cherche tant bien que mal à se défaire des problèmes qui l’empêchent de rivaliser avec Red Bull et Ferrari.

«Nous sommes clairement en train de combler l’écart, j’espère que nous pourrons apporter un peu plus dans la seconde moitié de la saison et commencer à nous battre» avec la concurrence, espère désormais Hamilton, septuple champion du monde de la catégorie, qui signe en Hongrie son 5e podium d’affilée.

Erreur stratégique pour Leclerc

Sous un ciel menaçant, le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari), déjà victime de la stratégie défaillante de son écurie qui lui avait coûté la victoire à Monaco, a de nouveau été victime dimanche d’une erreur liée à ses pneus.

Peu après la mi-course, Verstappen, alors en pneus intermédiaires, a profité des pneus durs plus lents chaussés par Leclerc pour lui ravir la tête de la course.

Le pilote de la Scuderia a ensuite été contraint de retourner aux stands pour chausser des pneus tendres, laissant la concurrence filer.

«J’ai dit que je voulais rester avec les pneus intermédiaires le plus longtemps possible, je ne comprends donc pas pourquoi on a finalement chaussé les durs…» s’est désolé le Monégasque peu après l’arrivée. Il compte désormais 80 points de retard sur Verstappen au championnat.

Leclerc affirmait plus tôt cette semaine que s’il «gagn(ait) toutes les courses et qu’il (ndlr: Verstappen) termin(ait) toujours deuxième, alors nous pouvons encore gagner», le championnat. Y pense-t-il encore dimanche soir?

«Avant de penser au championnat, pour être honnête, je veux juste comprendre – et en tant qu’équipe nous devons comprendre – ce que nous devons faire pour nous améliorer parce que sinon, ça va être très difficile», a-t-il balayé devant la presse.

Meilleur tour pour Hamilton

Outre les erreurs stratégiques, Ferrari a déjà connu de nombreux soucis de fiabilité moteur contraignant ses pilotes à l’abandon à plusieurs reprises, perdant de précieux points face à la Red Bull de Verstappen.

L’autre Ferrari, celle de Carlos Sainz, échoue au pied du podium malgré une 2e place en qualifications. Suit le Mexicain Sergio Pérez, 5e.

«Le rythme n’était pas très bon aujourd’hui et je ne me sentais pas bien dans la voiture», a expliqué l’Espagnol de la Scuderia.

Derrière Leclerc, le Britannique Lando Norris (McLaren), 7e, les Alpine de l’Espagnol Fernando Alonso et du Français Esteban Ocon – victorieux l’année dernière sur le Hungaroring – et l’Allemand Sebastian Vettel (Aston Martin) complètent le top 10.

Le point du meilleur tour est revenu à Hamilton.

L’autre Français de la grille, Pierre Gasly (AlphaTauri), qualifié 19e, a dû partir de la voie des stands après avoir changé le moteur de sa monoplace au-delà du quota autorisé par saison, sans l’approbation du directeur technique de la FIA. Il se classe finalement 12e dimanche.

La F1 prend désormais ses quartiers d’été jusqu’au GP de Belgique fin août.

(AFP)

Ton opinion

19 commentaires