Soudan - Soudan du Sud: Mbeki annonce un accord sur le pétrole
Actualisé

Soudan - Soudan du SudMbeki annonce un accord sur le pétrole

Le Soudan et le Soudan du Sud se sont mis d'accord sur le partage de la manne pétrolière du Soudan d'avant partition, a déclaré le médiateur de l'Union africaine Thabo Mbeki.

Le médiateur de l'Union africaine Thabo Mbeki.

Le médiateur de l'Union africaine Thabo Mbeki.

Les deux voisins se sont mis d'accord sur le montant des redevances pétrolières que doit verser Juba pour acheminer son pétrole via les oléoducs du Nord, a annoncé un peu plus tôt le médiateur de l'Union africaine Thabo Mbeki.

«L'accord ne répond pas aux ambitions des deux parties. Son application débutera après la conclusion d'un accord sur les questions de sécurité», a déclaré à SUNA le porte-parole de la délégation sud-soudanaise Mutrif Siddig.

Le Soudan du Sud, qui a accédé à l'indépendance en juillet 2011, a besoin pour exporter son pétrole de le faire transiter par le territoire soudanais.

En raison d'un désaccord persistant sur la tarification de ce transit pétrolier, Khartoum a saisi des cargaisons de pétrole sud- soudanais, provoquant la colère de Juba qui a décidé en représailles en janvier de suspendre sa production de pétrole.

Les tensions entre les deux pays ont donné lieu à plusieurs semaines d'accrochages en avril, ravivant les craintes d'une guerre ouverte entre les deux Etats voisins.

Discuter sur les prochaines étapes

«C'est un accord (pétrolier) qui couvre l'ensemble des sujets. Les questions qui restaient en suspens concernaient le transport, le processus et le transit», a déclaré l'ancien président sud-africain Thabo Mbeki, à Addis Abeba.

«Ce qu'il reste (à faire) maintenant, c'est de discuter des prochaines étapes, quand les compagnies pétrolières vont devoir se préparer à reprendre la production de pétrole et l'exportation.»

Cette annonce surprise survient quelques heures après celle de la rupture des pourparlers entre les deux délégations. Le négociateur en chef du Soudan du Sud Pagan Amum a notamment accusé Khartoum de demander une taxe de transit trop élevée.

Le Conseil de sécurité de l'Onu avait donné aux deux parties jusqu'à jeudi, sous peine de sanctions, pour résoudre l'ensemble de leurs contentieux sur le pétrole, la démarcation de la frontière et la région disputée d'Abyei.

«Les parties se sont mises d'accord sur le fait que la question du statut final d'Abyei serait discutée au prochain sommet des présidents» soudanais Omar Hassan al Bachir et sud-soudanais Salva Kiir, a annoncé Thabo Mbeki.

L'Union africaine a donné aux deux pays jusqu'au 22 septembre pour résoudre le reste de leurs contentieux, a-t-il ajouté.

En visite à Juba vendredi, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton avait exhorté les deux pays à mettre un terme au contentieux pétrolier.

(ats)

Ton opinion