Actualisé 16.10.2008 à 12:32

Troisième débatMcCain veut redresser la barre

Vingt jours avant la présidentielle du 4 novembre, John McCain tentera mercredi soir de redresser la barre lors de son troisième et dernier débat télévisé face à Barack Obama.

Ce dernier a le vent en poupe et a été consacré dans les sondages vainqueur des deux précédents débats.

Le troisième débat doit être théoriquement centré sur la politique intérieure. Mais, comme au cours des deux précédents, la crise financière sera fortement présente. Animé par un journaliste de la chaîne CBS, il se tiendra dans le cadre de l'université Hofstra, à Hempstead, dans l'Etat de New York.

Peine

Le sénateur McCain peine à relancer sa campagne. Le ton plus énergique et plus agressif envers Obama que ses collaborateurs et lui-même ont adopté depuis une dizaine de jours n'a pas été payé de retour dans les sondages.

Les Américains ont davantage confiance en Barack Obama pour résoudre les problèmes de l'économie. Rattrapé par McCain après la convention républicaine, le sénateur de l'Illinois a vu son crédit dans l'opinion publique augmenter de nouveau au fur et à mesure que l'Amérique s'enfonçait dans la crise boursière.

Sondages

Barack Obama devance son rival républicain de dix points, selon un sondage Washington Post-ABC News publié lundi. Il est crédité de 53% des intentions de vote contre 43% à John McCain. Près de deux tiers des personnes interrogées (64%) disent avoir une opinion favorable du candidat démocrate, en hausse de six points par rapport au mois dernier.

En outre, Barack Obama prend l'avantage sur John McCain dans des Etats tangents (swing states) comme l'Ohio, la Floride, la Virginie et le Colorado.

Attaques

Sur fond d'effondrement financier et de craintes pour l'avenir, John McCain a concentré ses attaques depuis une dizaine de jours sur la personnalité de Barack Obama. Il a notamment mis l'accent sur les doutes pesant sur ses relations passées avec un extrémiste du nom de William Ayers, dans les années 1960.

«Les électeurs centristes nous disent qu'ils veulent quelqu'un qui résolve les problèmes et soit un gestionnaire compétent à même de trouver une solution à tout ça», explique le sondeur John Zogby. Selon lui, «Ce que McCain fait est l'exemple criant de ce dont les électeurs se disent lassés».

Stratégie

Pour le consultant démocrate Doug Schoen, «Obama a une stratégie: tenir Bush responsable des problèmes et apporter un certain soulagement à la classe moyenne. John McCain ne semble pas avoir de stratégie. Il semble changer d'un jour à l'autre et de semaine en semaine».

«Quel est son thème dominant? Je n'en ai pas remarqué. Lorsque les gens craignent pour leurs emprunts, je ne crois pas qu'ils se soucient de Bill Ayers», ajoute-t-il.

Les sondages montrent que Barack Obama a gagné du terrain face à John McCain non seulement sur l'économie, mais dans une série d'autres domaines où McCain était considéré comme le maître du jeu: la politique étrangère, avec des dossiers comme la guerre en Irak et la diplomatie envers l'Iran.

Hésitations

Cependant, tout ne semble pas joué. Certains républicains jugent surprenant que John McCain soit toujours aussi bien placé dans la course compte tenu de la crise économique et l'impopularité de George Bush, à la Maison blanche depuis près de huit ans.

«Les Américains hésitent à passer un contrat avec Obama», estime le consultant républicain Joe Gaylord. «Dans des circonstances normales, le parti dans l'opposition serait en tête de 15 points, or ce n'est pas le cas». (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!