The Bloody Beetroots: «McCartney est un papy tout à fait sympathique»
Actualisé

The Bloody Beetroots«McCartney est un papy tout à fait sympathique»

The Bloody Beetroots a méchamment claqué les festivaliers cet été. Leurs oreilles vont à nouveau ramasser avec son excellent 1er album electro-punk, «Hide».

par
Fabien Eckert
Le 1er disque de l'artiste de 35 ans enchaîne les bombes sonores.

Le 1er disque de l'artiste de 35 ans enchaîne les bombes sonores.

Le son de Sir Bob Cornelius Rifo est puissant et ne laisse personne indifférent. L'Italien s'est même payé le luxe d'inviter un autre Sir, Paul McCartney, sur son premier CD, «Hide».

Comment est né The Bloody Beetroots?

J'ai commencé à la fin 2006 à me produire en DJ set avant ou après les concerts de mon propre groupe de punk. Ensuite, le deejaying et la production a pris de plus en plus d'importance dans ma vie. Aujourd'hui, The Bloody Beetroots se produit aussi bien en live avec des musiciens que moi tout seul aux platines.

J'ai commencé à la fin 2006 à me produire en DJ set avant ou après les concerts de mon propre groupe de punk. Ensuite, le deejaying et la production a pris de plus en plus d'importance dans ma vie. Aujourd'hui, The Bloody Beetroots se produit aussi bien en live avec des musiciens que moi tout seul aux platines.

Comment décrivez-vous votre electro-punk?

J'ai deux mots pour ça: chaos et confusion. J'aimerai que les gens retiennent ces deux sentiments après m'avoir entendu.

D'où vient cette énergie qui transpire de vos titres?

Mes racines, c'est le punk. Je me suis toujours inspiré de ce style. C'est ça qui a donné l'impulsion pour donner ce qui est aujourd'hui le son typique de The Bloody Beetroots.

«Hide» possède aussi des mélodies fortes avec du piano et des cordes. Pourquoi ajouter ces instruments classiques?

Parce que j'ai un bagage de musique classique. J'ai commencé à en jouer il y a cinq ans. C'est important pour moi de vraiment bien connaître la musique pour pourvoir apprécier sa beauté.

Pourquoi avoir choisi, notamment, Paul McCartney pour chanter sur «Out Of Sight»?

Parce que je veux créer un pont entre la génération de mes parents, qui écoute McCartney, et celle d'aujourd'hui. D'où les présences aussi de Penny Rimbaud ou Peter Frampton sur d'autres morceaux.

Parce que je veux créer un pont entre la génération de mes parents, qui écoute McCartney, et celle d'aujourd'hui. D'où les présences aussi de Penny Rimbaud ou Peter Frampton sur d'autres morceaux.

Comment s'est passé la collaboration avec l'ex-Beatles?

Je l'ai rencontré et on a passé une journée ensemble dans son studio. C'est un papy tout à fait sympathique. On passé d'excellents moments.

Pourquoi avoir des collaborations sur la majorité de vos titres?

Je suis un performer, un musicien et un producteur. Mais en tout cas pas un chanteur! J'ai donc besoin de voix pour porter mes paroles et leurs messages. J'ai donc appelé à mes côtés les personnes qui m'ont le plus influencées dans tous les styles.

Je suis un performer, un musicien et un producteur. Mais en tout cas pas un chanteur! J'ai donc besoin de voix pour porter mes paroles et leurs messages. J'ai donc appelé à mes côtés les personnes qui m'ont le plus influencées dans tous les styles.

Pourquoi avoir choisi de cacher votre visage sous un masque?

Parce qu'ainsi je mets la musique en avant et non mon visage. Je me fiche du succès et des tapis rouges. Le simple fait de faire de la musique suffit à mon bonheur. Mais c'est clair que c'est aussi pratique pour contrer les paparazzis!

Sur scène, vos sautez, courrez, criez et transpirez. D'où vient votre énergie?

J'en sais rien. Je suis toujours en train de chercher sa source. Je vous tiendrai au courant quand je l'aurai trouvée!

«Hide»: Déjà disponible.

Ton opinion