Passeport biologique: McQuaid provoque la colère des dirigeants d'équipes
Actualisé

Passeport biologiqueMcQuaid provoque la colère des dirigeants d'équipes

Le président de l'Union cycliste internationale Pat MacQuaid a provoqué la colère des dirigeants de cinq équipes du Pro Tour en les menaçant de les empêcher de prendre le départ de la course Paris-Nice (8-15 mars) dimanche s'ils ne payaient pas la première partie de leur contribution financière au passeport biologique de l'UCI.

Vendredi soir, date limite fixée par McQuaid, les équipes concernées avaient toutes régularisé leur situation.

Le passeport biologique, obligatoire pour les principales formations, est un système de collecte des données permettant de créer un profil médical à comparer aux résultats des contrôles antidopage des coureurs.

«Les équipes Cofidis et Quick Step ont versé le montant convenu à l'UCI», a annoncé dans un premier temps la fédération internationale dans un communiqué. «Cette dernière est confiante dans le fait que toutes les équipes feront rapidement de même, afin d'être en règle au départ de Paris-Nice.»

Les choses n'ont pas traîné et l'équipe Caisse d'Epargne a d'abord annoncé par la voix de son porte-parole Francis Lafargue qu'une solution avait été trouvée.

«Sachez que mon équipe a déjà payé 30.000 trente mille euros, comme toutes les équipes pratiquement, mais on avait prévu de payer en quatre trimestres, comme l'an dernier, donc il y a un malentendu. Ça va se régler très rapidement. On ne peut pas accepter les menaces de la part (du président de l'UCI) Pat McQuaid.»

Le manager de Bouygues Télécom, Jean-René Bernaudeau, a affirmé lui aussi avoir réglé le problème. «On paie par virement ce soir», a-t-il dit.

Pat McQuaid avait désigné plus tôt vendredi un cinquième mauvais payeur, la Silence-Lotto. «(Leur) situation a été réglée, ils ont payé», a ensuite déclaré McQuaid, joint au télépone par l'Associated Press.

«Si elles ne versent pas leur contribution d'ici la fin de la journée, elles (NDLR: les équipes) ne prendront pas le départ de Paris-Nice», avait déclaré McQuaid plus tôt dans la journée au cours d'une conférence de presse, précisant que le montant de la contribution était de 120.000 euros, payable en deux fois.

Le manager de l'équipe Cofidis, Eric Boyer, a regretté «l'attitude déplorable» de l'UCI.

«On va payer, c'est ridicule de la part de McQuaid d'avoir lancé sur la place publique ce souci», a déclaré Boyer à l'AP. Selon lui, le business plan de son équipe, qui prévoyait le règlement de la somme en 12 mensualités, avait été validé par l'UCI.

«On a commencé à payer nos 10.000 euros depuis janvier, et là, sans nous prévenir, il (NDLR: McQuaid) m'envoie un courrier ce matin en me menaçant de ne pas participer à Paris-Nice», a-t-il dit. «C'est déplorable. Les organisateurs de courses refusent de payer leur contribution depuis un an et demi ainsi que l'AMA. Et nous qui payons, nous sommes menacés, c'est inadmissible.»

Le directeur sportif de l'équipe Garmin-Slipstream, Jonathan Vaughters, également président de l'AIGCP, l'association internationale des groupes cyclistes professionnels, a estimé que le cyclisme devait faire preuve de «flexibilité financière» en temps de crise.

«Je sais que les cinq équipes citées par l'UCI soutiennent totalement le passeport biologique», a déclaré Vaughters. «Je suis certain à 100% que leur situation financière avec l'UCI sera réglée d'ici le départ de Paris-Nice.» (ap)

Ton opinion