Noée Abita: «Me faire des amis, c'est pas trop mon truc»
Actualisé

Noée Abita«Me faire des amis, c'est pas trop mon truc»

Noée Abita joue dans «Genèse», à l'affiche au cinéma Bellevaux à Lausanne. Rencontre.

par
Marine Guillain

L'interview vidéo de Noée Abita

La jeune Française a fait ses premiers pas au cinéma dans «Ava», une prestation pour laquelle elle avait été nommée pour le César du Meilleur espoir féminin en 2018. Noée Abita a ensuite joué dans la comédie à succès «Le grand bain» et tient aujourd'hui l'un des rôles principaux de «Genèse», du Canadien Philippe Lesage. Présenté à Locarno, ce sublime film sort enfin en Suisse romande, mais seulement au cinéma Bellevaux.

Vous êtes la seule Française à l'affiche de «Genèse» parmi des Canadiens: comment vous êtes-vous retrouvée dans ce projet?

Philippe (ndlr: Lesage, le réalisateur) avait vu beaucoup de filles à Montréal. C'est le producteur qui m'avait repérée dans «Ava» et qui lui a parlé de moi. On a fait un casting par Skype et j'ai eu le rôle!

Qu'est-ce qui vous a attirée dans ce scénario?

J'ai trouvé magnifique et très original de parler d'amour de cette manière, en peignant l'histoire de différents personnages. Il y a quelque chose de très universel. Le personnage de Charlotte m'a beaucoup touchée, elle est pleine d'amour et de vie. Elle a besoin de donner et se ramasse un peu, car les autres ne sont pas prêts à recevoir autant. Malgré ça, elle n'est pas une victime, elle est très forte. Elle va vivre certains événements graves, mais elle ne va pas se laisser abattre.

Vous sentez-vous plus proche du personnage d'Ava, le rôle qui vous a révélée en 2017, ou de celui de Charlotte?

Ava est très refermée sur elle-même et sauvage, tandis que Charlotte a des copines, elle sort... Quand j'étais enfant, j'étais plutôt comme Ava, un peu bougonne, à ne parler à personne, plutôt que d'avoir de la facilité à aller vers les gens et à me faire des amis. C'était pas du tout mon truc. C'est toujours pas trop mon truc, d'ailleurs...

Votre vie a-t-elle changé depuis que vous avez joué dans «Ava»?

Oui, beaucoup. C'était un rêve d'enfant, mais je ne pensais pas faire une école et être actrice un jour. Puis j'ai voulu essayer, ça a marché et tout s'est enclenché assez vite. Ma famille ne vient pas du milieu du cinéma alors même si on est très cinéphiles, tout ça a vachement changé mon quotidien!

Est-ce que vous continuez vos études?

Le tournage d'Ava a eu lieu en août et en septembre, donc j'ai raté le premier mois d'école, ce qui m'a fait beaucoup à rattraper. Mais j'ai passé mon bac. J'ai enchaîné avec le tournage de «Genèse» et actuellement, faire des films prend la plupart de mon temps.

Vous étiez aussi à l'affiche du «Grand bain», sorti l'automne dernier: est-ce que c'était impressionnant de se retrouver sur un plateau avec toutes ces grandes stars?

Bien sûr que oui, c'était excitant! J'ai surtout joué avec Jean-Hughes Anglade et c'était pile au moment où je découvrais les films dans lesquels il jouait plus jeune. C'était impressionnant de se retrouver avec des gens qui ont vingt ou trente ans de métier derrière eux!

La bande-annonce de «Genèse»:

Bande-annonce «Genèse»

La Bande-annonce de «Genèse» de Philipe Lesage

Le temps des premières amours

Dans un pensionnat pour garçons au Canada, l'arrogant Guillaume (Théodore Pellerin) fait le pitre pour faire rire ses camarades. Mais ses pensées et son coeur sont ailleurs... Dans un labo photo, Maxime propose à sa copine Charlotte (Noée Abita) d'avoir une relation libre. La suite? Philippe Lesage capture des tranches de vie, filme et sublime ces amours adolescentes. Si Abdellatif Kechiche («La vie d'Adèle») est un pro pour montrer la vie telle qu'elle est, sachez que le cinéaste québécois n'a rien à lui envier. Son regard empli de sincérité rend «Genèse» fascinant de bout en bout. L'image travaillée, le montage brusque et la bande-son ensorcellent tous les sens.

«Genèse»

De Philippe Lesage. Avec Noée Abita, Théodore Pellerin. Sortie mercredi 17 avril 2019. *****

Ton opinion