Confusion - «Me faire vacciner malgré ma grossesse par obligation de certificat»
Publié

Confusion«Me faire vacciner malgré ma grossesse par obligation de certificat»

L’OFSP s'abstient actuellement de formuler une recommandation générale de vaccination pour les femmes enceintes. Avec l’extension du certificat Covid ce lundi, ces dernières ne savent pas quoi faire.

Les femmes enceintes sont également concernées par l'extension du certificat Covid, qui entre en vigueur ce lundi. Mais ces dernières se retrouvent dans une position très inconfortable, rapporte «20 Minuten». En effet, l’OFSP ne recommande pas à l’ensemble des femmes enceintes de se faire vacciner contre le Covid-19, par manque de données disponibles sur la vaccination pendant une grossesse.

Pas de vaccination, mais un certificat

«L'OFSP déconseille aux femmes enceintes de se faire vacciner, mais leur demande quand même un certificat. La situation est extrêmement floue», témoigne Eris, une jeune maman de 31 ans. Les tests n'étant pris en charge par la Confédération que jusqu'à la fin du mois de septembre, la question se pose maintenant de savoir si les femmes enceintes doivent malgré tout se faire vacciner. «Sinon, je vais dépenser beaucoup trop d'argent pour chaque sortie au zoo ou dans une aire de jeux intérieure avec mes deux enfants. Je ne peux pas me permettre cela», explique Eris. «Je connais beaucoup de mamans enceintes qui sont aussi inquiètes que moi.»

«J’ai accepté la vaccination malgré mon scepticisme»

Une autre future maman, qui souhaite rester anonyme, souligne également les coûts liés à l'extension du certificat Covid: «Personne ne s'adresse aux minorités qui ne peuvent pas se faire vacciner, mais qui sont soudain censées passer un test de 50 à 150 francs tous les trois jours pour mener une vie normale. Il s'agit d'une imposition financière», a-t-elle déclaré.

Malgré son scepticisme, elle a décidé de se faire vacciner. «J'espère que tout se passera bien. En fait, notre système de santé fonctionne très bien - même si, en ce moment, j'ai l'impression d'acheter ma liberté - peut-être au détriment de la santé à long terme d'un enfant.»

Ajustement de la recommandation de vaccination

«Le fait qu'il existe actuellement une confusion chez les femmes enceintes au sujet de la vaccination est compréhensible», déclare Christoph Berger, spécialiste en pédiatrie et en infectiologie et président de la Commission fédérale pour les vaccinations (CFV). «Il est vrai que nous ne parlons pas d'une vaccination générale pour les femmes enceintes pour le moment, mais toutes les femmes enceintes à partir du deuxième trimestre sont libres de se faire vacciner après avoir consulté un médecin.»

Selon M. Berger, étant donné qu'il n'existe aucune preuve que des problèmes pourraient survenir lorsque les femmes enceintes sont vaccinées à n'importe quel moment de leur grossesse, il est convaincu que la recommandation de vaccination sera bientôt adaptée. «J'ai bon espoir que cela se produise avant même que vous ayez à payer vous-même le test.»

Gynécologues sceptiques

Quelques gynécologues s’opposent catégoriquement au vaccin, affirme le «SonntagsBlick» le dimanche 12 septembre. Par exemple, un praticien vaudois est l’un des 958 signataires d’un texte demandant un moratoire sur les vaccins. C’était au début de l’année. Néanmoins, la majorité des professionnels de santé informent objectivement les patientes, selon la Fédération des médecins suisses.

(dkr/mat)

Ton opinion

452 commentaires