États-Unis - «Me voilà entre une mère endeuillée et son enfant. Je me sens monstrueux»
Publié

États-Unis«Me voilà entre une mère endeuillée et son enfant. Je me sens monstrueux»

Une photo poignante montre une ourse en train de veiller sur le cadavre de son bébé, tué par une voiture. L’auteur de ce cliché est un ranger du parc Yosemite, qui en a gros sur le cœur.

Le ranger était en train de chercher un endroit pour enterrer le petit quand la mère de l’ourson est revenue.

Le ranger était en train de chercher un endroit pour enterrer le petit quand la mère de l’ourson est revenue.

Facebook

Les rangers du parc national de Yosemite (Californie) n’en peuvent plus de ramasser les cadavres d’ours percutés par des automobilistes roulant trop vite. Vendredi sur Facebook, un employé a publié une photo déchirante montrant une maman ours en train de veiller sur le cadavre de son bébé âgé d’à peine six mois. «Chaque année nous communiquons le nombre d’ours tués par des véhicules, mais les chiffres ne sont pas toujours parlants. Je veux que les gens voient ce que j’ai vu: la triste réalité derrière chacun d’entre eux», écrit-il sur le réseau social.

Dans ce long texte publié vendredi dernier, le ranger explique que son travail consiste notamment à déplacer les cadavres d’ours signalés au bord des routes. Il s’assure de les mettre à l’abri loin des zones goudronnées, pour éviter que d’autres animaux attirés par les restes ne se fassent écraser à leur tour. «Malheureusement, c’est devenu la routine», témoigne ce ranger anonyme. L’homme confie ensuite avoir été particulièrement affecté par une récente intervention.

«Elle n’a toujours pas abandonné son petit»

Ce jour-là, vers 16h, l’employé apprend qu’un ours a été tué par une voiture aux environs de midi. Après deux heures de route, il arrive sur les lieux et découvre qu’il a affaire à un ourson d’environ six mois. «Pendant un moment, je perds la notion du temps en regardant son petit corps, mais le bruit des voitures qui passent à toute vitesse me rappelle ma place et mon rôle. Je pousse un profond soupir et continue ma tâche», écrit-il. Le ranger ramasse l’ourson et s’enfonce dans la forêt dans l’intention de lui trouver un «joli endroit où reposer». C’est là qu’il entend le bruit d’un «grognement profond mais doux» d’un autre ours.

Immédiatement, le ranger comprend de quoi il s’agit, et son cœur se brise: la mère de l’ourson est en train d’appeler son petit. «Cela fait presque six heures (que c’est arrivé) et elle n’a toujours pas abandonné son petit. Je peux imaginer combien de fois elle a fait des allers-retours sur cette route pour essayer de le réveiller», témoigne le ranger, effondré. «Et me voilà maintenant, entre une mère endeuillée et son enfant. Je me sens comme un monstre», écrit-il. L’homme conclut son texte en priant les visiteurs de respecter les limitations de vitesse dans le parc. «Protéger les ours noirs de Yosemite est quelque chose que nous pouvons tous faire», assure-t-il.

(joc)

Ton opinion