Actualisé 08.12.2012 à 19:50

Chef du Hamas à GazaMechaal appelle à libérer «toute la Palestine»

Le chef en exil du mouvement islamiste Hamas, Khaled Mechaal, a exclu samedi à Gaza de renoncer à l'ensemble de la Palestine mandataire et de reconnaître Israël, tout en appelant à l'unité nationale palestinienne.

L'événement s'est déroulé en présence du chef en exil du mouvement islamiste Khaled Mechaal, arrivé vendredi.

L'événement s'est déroulé en présence du chef en exil du mouvement islamiste Khaled Mechaal, arrivé vendredi.

Près de 100'000 Palestiniens étaient rassemblés samedi à Gaza pour assister aux célébrations du 25ème anniversaire de la création du Hamas et de la première Intifada palestinienne. L'événement s'est déroulé en présence du chef en exil du mouvement islamiste Khaled Mechaal, arrivé vendredi.

«La Palestine de la mer (Méditerranée) au fleuve (Jourdain), du nord au sud, est notre terre et notre nation, dont on ne peut céder ni un pouce ni une partie», a déclaré M. Mechaal lors de son discours très attendu sur la tribune officielle, devant la place de la Katiba.

«Nous ne pouvons pas reconnaître de légitimité à l'occupation de la Palestine ni à Israël. Libérer la Palestine, toute la Palestine est un droit, un devoir et un but», a martelé Khaled Mechaal, en compagnie du chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh.

Libérer les prisonniers

Devant une foule enthousiaste, il s'est engagé à faire libérer les prisonniers palestiniens détenus en Israël. «Nous n'aurons pas un instant de repos tant que nous n'aurons pas libéré tous les détenus palestiniens. Et nous utiliserons les mêmes moyens que par le passé», a-t-il lancé.

Deux semaines après la fin des bombardements israéliens dans l'enclave palestinienne, le Hamas célèbre cette année avec quelques jours d'avance son 25ème anniversaire, pour coïncider avec celui de la première Intifada palestinienne, qui avait éclaté le 8 décembre 1987 dans la bande de Gaza.

Des portraits géants du fondateur du Hamas, cheikh Ahmad Yassine, assassiné par l'armée israélienne en 2004 et du chef militaire du Hamas, Ahmad Jaabari, tué par la première frappe de l'opération israélienne «Pilier de défense» du 14 au 21 novembre, décoraient pour l'occasion la tribune.

«Nous sommes une seule Autorité et notre référence est l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), dont nous voulons l'unité», a-t-il également tonné, faisant référence à l'organisation dirigée par le président Mahmoud Abbas, signataire en 1993 des accords d'Oslo avec Israël sur une autonomie palestinienne.

«Un jour de victoire et de fierté»

Au milieu de l'estrade, devant une maquette de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, était posée une réplique de roquette M75 du Hamas, utilisée pendant les affrontements, avec l'inscription en anglais «Made in Gaza» et «Palestine».

«La division a été imposée au moment où certains ont refusé les élections de 2006, mais c'est du passé, aujourd'hui est un jour de victoire et de fierté», a encore souligné M. Mechaal, en allusion au conflit avec le mouvement Fatah de Mahmoud Abbas et au boycottage international qui ont suivi la victoire du Hamas aux élections législatives de 2006.

«La résistance est la bonne manière de recouvrer ses droits, de même que toutes les formes de lutte, politique, diplomatique, juridique et de mobilisation, mais aucune n'a de sens sans la résistance», a-t-il estimé. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!