Vaud: Médecins contraints au secret même avec les ados
Actualisé

VaudMédecins contraints au secret même avec les ados

Si les médecins jugent qu'un ado en est capable, il peut prendre en charge sa santé tout seul, dès l'âge de 10 ans.

par
Joël Burri

«Quelle impuissance les parents ressentent-ils lorsque le personnel médical répond qu'il ne peut pas les informer sur l'état de santé de leur enfant!» relève la radicale Véronique Hurni.

Sa question sur l'âge à partir duquel un ado est libre de refuser un traitement et même d'interdire que ses parents soient tenus informés de son état de santé sera débattue au Grand Conseil. Elle-même assistante médicale, la radicale estime que cette limite devrait être relevée. «Le Tessin a fixé une limite à 16 ans, explique l'élue. Dans le canton de Vaud, la règle n'est pas claire. On considère qu'un patient est capable de discernement dès l'âge de 10 à 15 ans selon les circonstances.»

En clair c'est au médecin d'évaluer la maturité de son jeune patient. «C'est dramatique quand un jeune souffre de problèmes psychiques ou de dépendances qui peuvent mettre sa vie en danger», dénonce Véronique Hurni. Elle donne l'exemple d'une jeune anorexique de 14 ans: «Si le médecin estime que sa patiente est capable de discernement, il ne pourra pas aller contre sa décision de taire sa maladie à sa famille.»

Un médecin généraliste lausannois relève toutefois: «Il est parfois difficile d'évaluer dans quel contexte familial évolue un jeune. Dans les situations délicates, je préfère en discuter avec lui pour le convaincre d'en parler à son entourage.»

Ton opinion