Actualisé 19.03.2013 à 06:24

Salon de l'autoMédecins plus coquins que les mâles du Salon

La grand messe de Palexpo représente une aubaine pour les salons érotiques. Mais pas autant que les congrès de praticiens de la santé...

par
Henri Della Casa
Madame Lisa est gérante du plus grand salon de massage de Suisse romande.

Madame Lisa est gérante du plus grand salon de massage de Suisse romande.

Chaque année, Lisa, directrice du salon de massage Venusia, fait une virée au Salon de l'auto, accompagnée de deux ou trois professionnelles du sexe. Objectif: se rappeler au bon souvenir de ces messieurs. Les représentants de marques automobiles sont en effet friands de lupanars et de cabarets lors de leur séjour à Genève. En particulier les Allemands et les Alémaniques.

«Les affaires tournent très bien à cette période, confirme Lisa. Mais la hausse du chiffre d'affaires est relative, puisque notre clientèle habituée vient un peu moins, sachant que mon établissement sera très prisé».

Jusqu'à 1800 pour se faire plaisir

Plus surprenant pourtant, les congrès médicaux amènent, selon notre interlocutrice, une plus nette fréquentation de ces lieux que le Salon de l'auto ou de l'horlogerie.

Parmi les docteurs contactés, on en tombe des nues. Ancien président de la FMH, Jacques de Haller tente un début d'éclairage, lui qui rédige en ce moment même un rapport sur le taux de suicide croissant chez les médecins et la flambée de burn-outs dans la profession. «Un certain malaise personnel ou des problèmes dans leur vie relationnelle peuvent peut-être expliquer ce phénomène», note le toubib.

De leur côté, s'ils dépensent moins qu'avant du fait de la crise, des participants au Salon automobile continuent de débourser jusqu'à 1800 francs pour une soirée en compagnie d'une escort-girl. «Entre 4 et 6 filles se sont rendues à deux soirées sur demande durant le Salon», observe Lisa.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!