Russie: Medvedev réforme la police et l'administration
Actualisé

RussieMedvedev réforme la police et l'administration

Le président russe Dmitri Medvedev a mis en route jeudi une réforme qui prévoit notamment des réductions de personnels administratifs et des sanctions sévères contre les policiers qui enfreignent la loi.

Le président russe Dmitri Medvedev a réclamé un plan de lutte contre la corruption qui affecte les forces de police.

Le chef du Kremlin a fait de la réduction des effectifs du ministère de l'Intérieur (1,4 million de personnes) et de la transformation des forces de police l'une de ses grandes priorités. Mais les obstacles ne manquent pas, entre une bureaucratie réfractaire aux réformes et des moyens limités.

Une série de meurtres commis par des policiers et d'autres scandales ont terni l'image d'une police associée de longue date à la corruption, ce qui rend d'autant plus urgent un changement. «Il faut combattre les atteintes à la discipline - et les combattre avec fermeté», a déclaré le président russe aux responsables du ministère de l'Intérieur lors d'une réunion télévisée.

Le chef du Kremlin a signé un décret comportant une série de directives dont la plupart assignent au gouvernement la tâche d'élaborer dans les prochains mois des programmes précis pour la réforme de la police. Ces directives font suite à un projet annoncé en décembre qui prévoit notamment de réduire d'un cinquième les effectifs du ministère de l'Intérieur d'ici au 1er janvier 2012.

Un test de l'autorité de Medvedev

Cette réforme constituera un test de l'autorité politique de Dmitri Medvedev, que beaucoup tiennent pour un «adjoint» du premier ministre Vladimir Poutine, et de l'aptitude des deux hommes à traiter le problème d'une bureaucratie démesurée qui freine la croissance économique.

M. Medvedev a dit avoir ordonné de réduire de moitié le personnel du service central du ministère de l'Intérieur, qui passerait de 20.000 à 10.000 personnes. Il a donné un mois au ministre de l'Intérieur, Rachid Nourgaliev, pour présenter un plan de modernisation de son ministère.

Ce plan devra comporter «un ensemble de mesures anticorruption» et un nouveau mode de recrutement «prenant en compte les qualités morales, éthiques et psychologiques» des candidats à la carrière de policier.

Le président russe a «équilibré» ses projets de réforme en promettant une meilleure rémunération et des conditions de vie plus favorables aux policiers, en notant que les hausses de salaires et les primes constituaient à ses yeux une priorité.

(ats)

Ton opinion