21.11.2020 à 19:00

Ski alpinMélanie Meillard: «Désormais, je skie sans crainte»

Neuvième du premier slalom de la saison, ce samedi à Levi (Finlande), la skieuse neuchâtelo-valaisanne a signé un retour tonitruant en Coupe du monde. Réaction.

von
Brice Cheneval
Mélanie Meillard peut être rassurée sur son niveau en compétition.

Mélanie Meillard peut être rassurée sur son niveau en compétition.

KEYSTONE

Mélanie Meillard, comme Mikaela Shiffrin, effectuait son retour en Coupe du monde après dix mois d’absence. Derrière l’intouchable Américaine (2e), ainsi que ses compatriotes Wendy Holdener (4e) et Michelle Gisin (5e), la petite sœur de Loïc Meillard est entrée dans le top 10 du premier slalom de la saison, ce samedi à Levi (Finalnde). Neuvième, la Neuchâteloise licenciée à Hérémence (Valais) a inscrit ses premiers points sur le Cirque blanc depuis janvier 2018. Entre-temps, plusieurs blessures ont freiné sa progression durant près de trois ans.

Débarrassée de ses problèmes physiques, Mélanie Meillard revient à un très bon niveau. Fortement sollicitée samedi après-midi, elle nous a accordé quelques minutes pour revenir sur sa superbe course.

Avant le slalom de ce samedi, vous annonciez n’avoir pas d’autre objectif qu’entrer dans le top 30. Votre retour s’est bien mieux déroulé que prévu…

Pour être honnête, je ne m’y attendais pas car je sors quand même de deux ans et demi de galère. J’étais réaliste, je savais que je devais donner mon maximum pour entrer ne serait-ce que dans le top 30. De là à terminer 9e… C’est parfait pour recommencer les courses.

Vous avez déjà accroché plusieurs top 5 et top 10 en Coupe du monde dans votre carrière. Mais cette 9e place a-t-elle une saveur particulière après toutes les galères que vous avez connues?

Oui, forcément. Le fait de revenir aussi bien après autant de blessures, notamment celle que j’ai subie au genou gauche en janvier 2018 (ndlr: qui a prématurément mis un terme à sa saison), c’est une réelle satisfaction.

Avant la course, étiez-vous stressée, dans l’appréhension, ou avez-vous réussi à faire le vide?

J’ai réussi à être plutôt libérée. Il y a toujours ce petit stress de la course, on ne pourra pas l’enlever, mais je ne me suis pas posé tant de questions. Je voulais juste skier du mieux possible.

Quand vous skiez, arrivez-vous à faire abstraction de votre grave blessure au genou gauche?

J’ai longtemps ressenti une peur, je n’étais pas en confiance. Maintenant, cette peur est partie. Je suis vraiment sur la bonne voie. Et je vois aujourd’hui que je suis capable de skier sans crainte.

«Je ne vais pas pouvoir faire des miracles à chaque fois»

Mélanie Meillard

Vous sentez-vous en mesure de rivaliser avec les meilleures?

À l’entraînement, je ne suis plus larguée comme avant mais je n’arrive pas non plus au niveau de Wendy (Holdener) et Michelle (Gisin). C’est pour ça que je suis d’autant plus surprise par ma place d’aujourd’hui (samedi). Ça me permet d’oublier définitivement ma blessure.

Cette place inattendue vous donne-t-elle plus d’ambition pour la suite de votre saison?

J’ai fait une bonne course mais on ne sait pas comment va se passer la suite. Je vais donner le maximum à chaque rendez-vous, sachant que je ne vais pas pouvoir faire des miracles à chaque fois.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
5 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Mais yard

22.11.2020 à 17:43

Parce que AU Valais vous croyez à un titre olympique?

Zazou

22.11.2020 à 11:42

Même si elle ne skie pas en deuxième manche le commentateur va prononcer 19 fois son nom... il en est fou ...et c’est bien le seul

Paul Émique

22.11.2020 à 11:10

Dimanche aussi ? 😂😂😂