Menace de grève des notes dans les gymnases vaudois
Actualisé

Menace de grève des notes dans les gymnases vaudois

Pour faire pression sur le Conseil d'Etat, 321 profs sont prêts à garder pour eux les résultats des élèves.

Pas de promotions. Pas plus de résultats officiels d'examens. Les étudiants de 3e année des gymnases vaudois pourraient vivre une fin d'année ubuesque si leurs maîtres mettaient leur menace à exécution.

Pour faire pression sur le Conseil d'Etat dans le cadre des négociations salariales en cours, 321 maîtres sur 780 se sont déclarés prêts à geler les notes. Les élèves seraient bel et bien évalués, mais leurs notes ne seraient pas transférées à l'administration. «Nous y pensons depuis janvier», confie Françoise-Emanuelle Nicolet, présidente de l'association vaudoise des maîtres de gymnases liée au syndicat SUD. La menace était prête à être mise à exécution mercredi. «Comme le Conseil d'Etat a accepté d'ouvrir des négociations sectorielles, nous avons alors suspendu le gel provisoirement.»

Les profs de gymnase vont continuer à négocier durant le mois de juin «pour ne pas perdre un demi-million de francs sur une carrière.» Françoise-Emanuelle Nicolet est décidée: «Nous allons nous asseoir à la table avec une arme chargée. Tout est prêt. En 24 heures, la mesure peut être prise.» La conseillère d'Etat Anne-Catherine Lyon reste zen. «Je ne prend pas cette démarche comme une menace, mais comme une marque de l'état d'esprit très préoccupé des maîtres de gymnase.»

Carole Pantet

Ton opinion