Etats-Unis: Merck et Eli Lilly visés par la justice
Actualisé

Etats-UnisMerck et Eli Lilly visés par la justice

Les deux laboratoires sont sous enquête pour des questions de prix de leurs médicaments et d'accords avec les grossistes.

Chez Merck, c'est le prix du Dulera, contre l'asthme, qui intéresse la justice.

Chez Merck, c'est le prix du Dulera, contre l'asthme, qui intéresse la justice.

La justice américaine s'intéresse aux prix de médicaments appliqués par les groupes pharmaceutiques Merck et Eli Lilly, le fabricant du Prozac, selon des documents boursiers consultés vendredi.

Le procureur fédéral de l'Etat de Pennsylvanie a adressé récemment des demandes d'informations aux deux laboratoires sur leur politique de prix respective liée aux systèmes publics d'assurance Medicare (assurance médicale des retraités américains) et Medicaid (assurance des plus modestes).

«L'entreprise a reçu une requête (...) lui demandant des informations sur la tarification de l'aérosol d'inhalation de Dulera (ndlr: contre l'asthme) et sur les relations commerciales» avec des réseaux de pharmacies liés à Medicare, indique Merck dans son rapport d'activités trimestriel.

«En septembre 2015, nous avons été informés que le procureur fédéral de Pennsylvanie (...) conduisait une enquête concernant nos services de distribution et sur les accords passés avec des grossistes» notamment pour la détermination des prix pour le programme Medicaid, dit de son côté Eli Lilly, connu pour son anti-dépresseur Prozac.

Les deux laboratoires pharmaceutiques assurent coopérer avec la justice.

Prix des médicaments rares gonflés

Les projecteurs sont braqués depuis plusieurs semaines sur des pratiques peu connues de plusieurs fabricants pharmaceutiques, qui augmentent parfois fortement le prix de médicaments à faible volume et traitant des maladies rares.

La société Turing Pharmaceuticals a ainsi été au coeur d'une vive controverse après avoir augmenté de 13,50 à 750 dollars le cachet de Daraprim, un médicament contre la toxoplasmose qu'elle venait de racheter.

Le groupe pharmaceutique canadien Valeant est lui dans la ligne de mire pour avoir augmenté de 212% et 525% les prix du Nitropress (traitement contre l'hypertension et attaques cardiaques) et de l'Isuprel (médicament contre l'arythmie cardiaque).

Des élus demandent au Congrès d'ouvrir une enquête sur ces deux groupes, tandis que la candidate à l'investiture démocrate pour la Maison Blanche Hillary Clinton a promis d'engager un bras de fer avec l'industrie pharmaceutique si elle était élue. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion