The Avener: «Mes sets sont le reflet de mon état d'esprit»
Actualisé

The Avener«Mes sets sont le reflet de mon état d'esprit»

Le DJ et producteur niçois sera à voir jeudi 21 novembre 2019 aux Docks à Lausanne. L'occasion d'évoquer sa tournée et un album à venir.

par
Fabien Eckert
Le producteur et DJ de 32 ans avait cartonné avec son premier album sorti en 2015.

Le producteur et DJ de 32 ans avait cartonné avec son premier album sorti en 2015.

F. Melillo

The Avener avait marqué les esprits lors de son passage au Venoge Festival à Penthalaz (VD) en août 2019. Il avait alors livré un live électronique dansant, joyeux et chaleureux. Pas un hasard. Son album à paraître sera dans cette veine-là. Le sympathique Français, révélé par le single «Fade Out Lines» en 2014 et lauréat d'une Victoire de la musique en 2016, en présentera d'ailleurs certainement quelques extraits lors de son concert aux Docks à Lausanne jeudi 21 novembre 2019.

Où en est votre tant attendu deuxième album?

Il est fini. On a masterisé les 16 morceaux il y a deux semaines. Il s'appellera «Heaven of The Avener» et sortira le 24 janvier 2020, le jour de mon anniversaire. En plus, ça fera cinq ans pile après la publication de mon premier disque. A la différence du précédent, celui-ci sera moins mélancolique et bien plus positif. J'ai voulu laisser la porte ouverte à de la positivité dans cette période plutôt tendue.

Votre set au Venoge était d'ailleurs hyper joyeux. Ce n'est donc pas un hasard?

Exactement. C'est le reflet de mon état d'esprit. Dès qu'on bénéficie du soutien du public, comme j'en ai eu depuis plusieurs années maintenant, ça donne beaucoup de joie. Ça se ressent donc tant dans ma vie de tous les jours que dans ma vie artistique.

Comment choisissez-vous vos morceaux pour vos live?

Il y a plusieurs étapes de sélection. La première, il faut naturellement que le titre me plaise que j'ai un coup de coeur pour lui et que j'ai envie de l'écouter tout le temps, partout. Deuxième critère, il faut que ce soit un morceau OVNI, un peu comme «Opus» d'Eric Prydz qui dure plus de neuf minutes. Dernier point, il faut que le titre puisse fonctionner sur les gens, qu'il puisse les faire danser.

Quelle sera la configuration de votre concert lausannois?

Je serai aux platines et aux claviers. Mon guitariste, Fred, m'accompagnera. J'ai tourné avec lui durant l'été 2019 pour donner plus de vie à mes shows. J'ai eu tellement de bons retours qu'on a décidé de continuer ensemble. Fred est parfait. Il a une grande culture du rock et de la funk. Il s'adapte facilement à tous les morceaux que je passe. Ça fait toujours son effet quand il débarque sur scène. Ses passages ne sont pas toujours prévus à l'avance. Quand on le sent les deux, il y va et fait son truc. Ce côté hybride me convient très bien.

Au Venoge, vous aviez terminé votre set en passant votre remix de «Castle in The Snow» du groupe lausannois Kadebostany. Ce sera le cas aussi aux Docks?

Oui évidemment! Quand je suis en Suisse, c'est un passage obligé. Mon remix a permis à ce morceau de toucher différents publics, notamment grâce au fait qu'il passe en radio. Ça a démocratisé le titre. Ça me paraissait donc normal de prendre le micro au Venoge pour remercier Kadebostany.

The Avener live

Jeudi 21 novembre 2019, Docks, Lausanne. Portes 19h30. Infos et billets: www.docks.ch

Ton opinion