Nasa: Messenger s'écrase comme prévu sur Mercure

Actualisé

NasaMessenger s'écrase comme prévu sur Mercure

La sonde de la Nasa s'est écrasée comme prévu jeudi à la surface de Mercure, après avoir épuisé son carburant.

Messenger met un terme à une fructueuse mission d'exploration de la plus petite planète du système solaire, qui est aussi la plus proche du Soleil. Le vaisseau a frappé le sol de Mercure à 19h30 GMT (21h30 en Suisse), a indiqué la Nasa dans un message sur Twitter. Sa vitesse dépassait alors les 14'000 km/h. Messenger a dû creuser un cratère de 16 mètres de large sur la planète.

Lancée en 2004, Messenger (MErcury Surface, Space ENvironment, GEochemistry, and Ranging) s'était mise en orbite autour de Mercure en mars 2011 après trois survols rapprochés. La dernière manoeuvre a été faite le 24 avril, épuisant quasiment tout son carburant, de l'hélium.

Messenger, qui a effectué 4104 rotations en orbite autour de Mercure, a réalisé les premières études rapprochées de Mercure depuis la sonde Mariner 10 de la Nasa, qui avait survolé la planète à trois reprises au milieu des années 1970. Messenger était arrivé dans la banlieue de Mercure en 2011 après un voyage de six ans.

Découvertes surprenantes

Durant ses quatre années en orbite, la sonde a détecté du potassium, du soufre et d'autres composés volatils à la surface, ce qui a surpris la communauté scientifique car de tels éléments auraient dû s'évaporer compte tenu de la température élevée de la planète. La température moyenne de surface de Mercure est de 167° Celsius; en pleine journée, elle peut monter jusqu'à 427°C.

Messenger a également confirmé l'existence de glaces et d'autres matériaux au fond des cratères, que les rayons solaires n'atteignent jamais. Durant ses derniers jours, Messenger a tenté d'observer directement le fond de certains cratères. (ats)

Ton opinion