Actualisé 23.06.2020 à 18:22

Vaud

Mesures de crise validées après coup par les députés

Sur les dix objets passés en revue, un seul a suscité un vif débat. Mais des élus n’ont pas manqué de déplorer le peu de marge de manoeuvre pour amender les projets de décrets qui leur étaient soumis.

La conseillere d'Etat Christelle Luisier a notamment dû répondre aux députés sur le peu de latitude qui leur est laissée. Elle a promis un rapport exhaustif du gouvernement sur les modalités de gestion de la crise pour cet automne.

La conseillere d'Etat Christelle Luisier a notamment dû répondre aux députés sur le peu de latitude qui leur est laissée. Elle a promis un rapport exhaustif du gouvernement sur les modalités de gestion de la crise pour cet automne.

KEYSTONE

Le Grand Conseil vaudois a facilement validé mardi un certain nombre de mesures prises en urgence par le Conseil d'Etat durant la pandémie de Covid-19. Quelques voix se sont toutefois élevées pour regretter le peu de marge de manoeuvre laissée aux députés. Globalement, le Canton a déjà engagé plus de 400 millions.

Le Grand Conseil était appelé à adopter les bases légales nécessaires pour prolonger l'application de certaines mesures décidées dans l'urgence, au plus fort de la crise, par le Conseil d'Etat. Sur la dizaine de projets de décret passés en revue, un seul a suscité de vifs débats.

La droite a fait passer un amendement qui renonce à puiser dans les réserves «libres» des établissements sociaux, notamment les EMS privés. Un «cadeau à 109 millions», ont critiqué plusieurs élus de gauche, qui ont refusé de se lancer dans un deuxième débat immédiat. Les discussions reprendront mardi prochain.

Ok pour la culture et les start-up

Les députés ont avalisé les fonds de soutien prévus pour la culture et les start-up. Dans le domaine culturel, quelque 500 demandes sont en cours de traitement, a annoncé la conseillère d'Etat Christelle Luisier. Des décisions seront prises d'ici à mi-juillet. Le Canton vient de débloquer 5 millions supplémentaires.

Quelques députés ont regretté le peu de latitude qui leur est laissé pour amender les décrets qui leur sont soumis. «Des amendements restent possibles, mais il faut être prudent. Ils risquent de semer la confusion sur la légalité des mesures», a averti Christelle Luisier, qui ne souhaite pas que «l'on change son fusil d'épaule au milieu du gué». Le Conseil d'Etat reviendra à l'automne avec «un rapport exhaustif sur les modalités de gestion de la crise», a-t-elle ajouté. Ce sera l'occasion de faire un bilan et de tirer des enseignements.

La conseillère d'Etat a rappelé les moyens «hors-normes» qui ont été débloqués. Un pré-financement de 403 millions est inscrit dans les comptes 2019. «Et ce n'est qu'un début» a-t-elle ajouté.

(ATS)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
4 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Égocentrique

24.06.2020 à 07:18

L’aide des cantons pour supposer garder les touristes suisses n’est pas justifiée vu que les gens font ce qu’ils veulent et que tout a toujours été très cher pour un service médiocre et que cela ne va pas changer. Il serait temps que cette branche se remette en question et prenne exemple en Autriche et en France (hé oui)

PAS SERIEUX

24.06.2020 à 06:56

Quand je vois hier à 14h , la reprise des débats à la Marive , et qu'à 1430 , la salle n' a pas le Corum , permettez moi en tant que Citoyen de me poser la Question ou était les députés . Et ca touche 500.- par jour.

Fait accompli

24.06.2020 à 06:04

Comment aurait-il pu en être autrement?